RSS
Hasiera > Paperezkoa > Pays Basque

Pays Basque

Le personnel soignant de l’Ehpad du Séqué est à bout de souffle

 

p006_02.jpg

20/12/2013

C.S

Ils craignent que la machine ne s’enraye. Les salariés de la maison de retraite du Séqué à Bayonne attendent aujourd’hui de l’agence régionale de santé (ARS) et du conseil général une réaction immédiate. Et pour les y inciter, un rassemblement est organisé ce samedi 21 décembre à 12 h 30 devant l’Ehpad géré par l’association d’aide pour personnes âgées (Adapa)

Le personnel soignant, sous pression, est prêt à exploser. “On ne peut pas continuer comme ça : ils ne se rendent pas compte de l’aspect du terrain et de l’effectif trop réduit que nous sommes”. Noela Davant, soignante au Séqué reproche à l’ARS et donc à l’Etat, une enveloppe trop maigre pour combler les besoins du personnel soignant et des 96 résidents, dont 14 sont accueillis en zones sécurisées pour les personnes atteintes de démence. “On ne peut pas travailler comme on l’a appris, dans le respect des résidents et dans un souci de bien-traitance” déplore Noela Davant qui craint quec la logique “quantitative” de l’ARS, ne mène “à des dérives comme on a pu l’observer il y a quelques années dans les maisons de retraite”.

Comme l’a expliqué l’agence régionale de santé, l’enveloppe accordée aux Ehpad correspond au nombre de lits de la structure. Un décret fixe le financement de chaque lit à 9 600 euros : l’Ehpad bayonnaise en compte 98. Un calcul qui ne tiendrait pas suffisamment compte des besoins quotidiens des résidents à en croire le personnel, soutenu par les familles. “La sécurité des résidents est remise en cause et la charge globale de travail pour les soignants est inacceptable. Après trois mois, l'épuisement se fait déjà ressentir” affirme Noela Davant. Le personnel soignant réclame aujourd’hui la création de 2,5 postes d’aides-soignants pour mettre terme à une logique de “déshumanisation”.

inprimatu