RSS
Hasiera > Paperezkoa > Pays Basque

Pays Basque

Le planning familial veut défendre la contraception

 

p005_01.jpg

08/11/2013

G.C.

“Nous ne voulons rentrer en guerre contre personne, mais nous souhaitons que la société se mobilise en faveur des acquis que sont le droit à la contraception et à l’IVG”. Ainsi s’exprimait hier Michelle Berthier du Planning familial.

Si le Planning familial tire la sonnette d’alarme cette semaine c’est qu’il s’inquiète de la remise en cause de plus en plus fréquente du droit à la contraception et du droit à l’IVG.

Dernier exemple en date la participation de l’évêque de Bayonne, Marc Aillet, à une action anti IVG aux Etats-Unis. Dans un communiqué commun le Planning familial et l’association LGBT les Bascos expliquent que “ces mêmes méthodes sont utilisées” dans l’Etat français. “Chaque mois devant le centre IVG de l’hôpital Tenon (Paris) l’association intégriste “SOS tout petits” organise des prières de rue sauvages” indiquent les associations qui “condamnent de telles pratiques qui sont autant de tentatives d’imposer à la société un interdit religieux.” Le Planning et Les Bascos s’inquiètent aussi du lobbying des anti IVG “à tous les niveaux, et notamment européen, leur croisade contre les droits des femmes et des familles à disposer librement de leur vie.”

Ces associations appellent donc “à se mobiliser contre tous les risques de régression sur les droits des femmes et des libertés de choix en matière de sexualité”. D’autant plus en cette période de crise où les états “continuent à opérer des coupes sombres en matière de santé, aggravant particulièrement la situation des femmes.”

Par ailleurs les deux associations indiquent qu’elles “subissent des violences de la part d'activistes”. La semaine dernière le local du Planning familial de Bordeaux a d’ailleurs subi des dégradations. “C’est la première fois en 50 ans que ça arrive” explique Michèle Berthier. “Il règne aujourd’hui un climat délétère. L’an dernier on s’en prenait aux homos, maintenant ça va être le tour des femmes ?” s’interroge-t-elle.

inprimatu