RSS
Index > Edition papier > L'opinion

L'opinion - Tribune Libre

Les élus de Garazi-Baigorri sont-ils majoritairement irresponsables ? Réponse à Jean-Michel Galant, président de la CC Garazi-Baigorri

 

26/10/2013

Beñat ARRABIT et Jean-Pierre ETCHEGARAY / Délégués communautaires

Lors d’une campagne de communication (radio, journaux) dont il est friand, le Président de la Communauté de Communes de Garazi-Baigorri, Monsieur Galant a fait un compte rendu très personnel et à charge comme d’habitude de certains points abordés lors de la dernière réunion du conseil communautaire du 26 septembre 2013.

Le Président a demandé de se prononcer sur le transfert de la compétence sportive (salles de sports et entretien de terrains d’intérêt communautaire). D’autres compétences auraient pu tout aussi bien être transférées, par exemple, la gestion de l’assainissement collectif. Mais cela, le Président n’y semble pas sensibilisé. La proposition du Président a été soumise, encore une fois, sans concertation avec les autres délégués sous prétexte que cette mesure figurait sur le projet de fusion des trois communautés de Basse Navarre.

Autre point soumis au vote : le passage à la fiscalité unique (ancienne taxe professionnelle), point également proposé lors de la fusion Baxe Nafarroa. Le Président nous a proposé de passer cette taxe à la Communauté afin d’harmoniser les taux sur tout le territoire. Il souligne que cette mesure n’aurait aucune incidence sur les budgets communaux. Si cela est vrai pour les communes, ça ne l’est pas pour tous les contribuables du territoire… mais cela non plus ne semble pas être un souci pour le Président. C’est pour ces raisons que nous avons demandé une pause dans l’augmentation des taxes communautaires. En effet, en quatre ans, les taux appliqués par la Communauté de Communes pour la taxe d’habitation, la taxe foncière non bâtie, la taxe foncière bâtie ont augmenté de ±60 %.

Trois jours avant la réunion du Conseil communautaire, une réunion s’est tenue pour évoquer ce point crucial mais malheureusement avec des éléments totalement faux qui laissent perplexe sur le professionnalisme de l’encadrement. Et c’est seulement le jour de la réunion, au milieu d’autres sujets, que nous devions prendre la décision avec les nouveaux éléments comptables laissant peu de place et de temps à l’analyse pourtant nécessaire.

Tout à coup, pour le Président, la fusion Baxe Nafarroa est exemplaire. Et c’est vrai, elle l’aurait été car tous les contribuables (familles, propriétaires, agriculteurs ou entreprises) de Garazi-Baigorri auraient vu leur fiscalité diminuer.

Les décisions doivent souvent être prises dans la précipitation. Cette approche de la concertation est coutumière pour les délégués mais manifestement, quoique dociles, ils ne s’y sont pas habitués et parfois, expriment dans leur vote majoritaire leur désaccord avec ses méthodes de travail. Dernier reproche : nous rejetons 180 000 euros de dotation supplémentaire à partir de 2 016 (si le calcul est juste et si l’Etat ne revoit pas sa copie d’ici là…) Petit rappel, c’est dès 2 014 que la fusion Baxe Nafarroa aurait permis l’amélioration de la dotation de fonctionnement. Cette option a été rejetée par le Président avec les conséquences négatives sur les projets d’envergure, structurants mais du coup limités par le seul budget de la CDC Garazi Baigorri ; exemple : absence du 5e couloir de la nouvelle piscine demandé par le Club de Natation et tout autre projet qui seront difficilement réalisables par une communauté de 13 000 habitants.

Lors de cette campagne de communication, le Président semble encore une fois mépriser la majorité des délégués. Ce n’est pas une première :

- vote pour la fusion des 3 communautés,

- vote pour l’attribution de subvention à Indar,

- annonce de création d’un atelier relais par voie de presse sans en avoir parlé en Conseil Communautaire,

- retrait “présidentiel” de la création de logements d’urgence alors que le projet était acté en conseil communautaire et le maître d’œuvre nommé après appel d’offres,

- et la liste n’est pas exhaustive.

Mais évidemment c’est toujours la faute des autres car point de remise en cause personnelle de sa part.

L’intérêt communautaire : nous y sommes sensibles depuis bien longtemps. Et même si le Président est un bon communiquant, nous avons prouvé, nous, que nous sommes guidés par l’intérêt général et que rien ne sert à chercher à préserver coûte que coûte un territoire restreint pour conserver le pouvoir. Pensons à l’avenir. Par leur assiduité, leur intérêt porté pour le territoire, leur engagement, leur sens des responsabilités, c’est maintenant prouvé : les élus de Garazi-Baigorri sont majoritairement responsables.

inprimatu