RSS
Index > Edition papier > Pays Basque

Pays Basque

Quatre centristes quittent le bureau de l’UDI

 

p007_01_UDI.jpg

03/10/2013

Goizeder TABERNA

Ils semblent désabusés. Quatre membres du bureau fédéral des Pyrénées-Atlantiques de l’UDI ont annoncé hier leur démission. Ils se disent en total désaccord avec la ligne politique qu’adopte l’UDI, sur lequel plane l’ombre du MoDem et de son chef de file, François Bayrou.

Convaincus qu’ils ne changeront rien en interne, Françoise Bougue, Didier Charrel, Pascale Ertauran (Angloys) et Jean-François Ernst (Béarnais) ont quitté leurs fonctions, sans pour autant – pour les trois premiers – quitter le parti de Jean-Louis Borloo. Ils siégeaient depuis juin au collège des élus du bureau départemental qui en compte 18 (les membres de droit sont 18).

La goutte qui a fait déborder le vase : le rapprochement annoncé avec le MoDem… Que ce soit aux côtes de F. Bayrou ou J.-J. Lasserre dans les Pyrénées-Atlantiques, l’UDI serait à la botte du MoDem, selon les mécontents. Ils n’acceptent pas que “le futur colistier du pion [Claude] Olive [UMP] à Anglet, Jean-Jacques Lasserre (MoDem) ait annoncé à la présidence de l’Agglomération […] celui qui en février encore pointait au MoDem”.

Les quatre faisaient partie de la liste menée par Jean-François Ernst ayant recueilli 43 % des voix lors des élections internes (résultats contestés). Aujourd’hui, les démissionnaires déplorent leur manque de représentativité dans les instances décisionnelles du parti où “l’important, ce n’est pas de défendre des valeurs ou des projets, c’est juste de préserver les intérêts particuliers”.

“Agrégat de clans”

Notamment ceux des clans. “Nous pensions avoir adhéré à un parti indépendant dans une coalition de centre-droit avec pour allié ‘naturel’ l’UMP. […] Notre parti, après moins d’un an d’existence, n’est qu’un agrégat de clans.”

Parmi lesquels celui d’Hervé Lucbéreilh, le CNIP, qui a été exclu. Les UDI-sceptiques en déplorent la façon de faire : “Le mouvement majoritaire dans le département a été tout simplement ‘effacé’ des listes.” Cette attitude ferait baisser le nombre d’adhérents de 900 à 200 personnes “dans peu de temps”.

inprimatu