RSS
Index > Edition papier > Pays Basque

Pays Basque

Du purin pour barrer la route aux nomades

 

p006_ph01.jpg

18/07/2013

Pierre MAILHARIN

2012, 2013 : même combat. Et méthode toujours aussi nauséabonde. Plusieurs témoignages font état de lisier épandu ces derniers jours aux abords du terrain de rugby d’Ustaritz, afin d’en bloquer l’accès aux gens du voyage. Comme l’été dernier. À l’époque, le maire du bourg, Dominique Lesbats, avait assumé en être à l’origine : “On l’a fait pour empêcher les gens du voyage de pénétrer dans un stade de rugby, comme à Mouguerre” (Le JPB du 08/08/2012). Cette fois, le premier édile ne dément ni ne confirme : “Je n’ai pas à répondre à ce type de questions”, a-t-il coupé court hier.

Le sous-préfet, Patrick Dallennes, tempère : jusqu’ici, “il n’y a pas eu de situations de conflit à Ustaritz”. Pour autant, la commune ne remplit pas ses obligations. La version 2003 du schéma départemental d’accueil des nomades prévoyait l’aménagement de 50 places. Jamais réalisé. Sa révision en 2011 transfère la responsabilité à la communauté de communes Errobi. Il est spécifié que l’aire de grand passage (100 places) prendra forme à Ustaritz. Elle est inexistante à ce jour.

Dominique Lesbats se défend : “On avait trouvé un terrain sur la route de Villefranque, déterminé dans le PLU [plan local d’urbanisme] de 2005. Les services de l’État y ont repéré une espèce protégée, des crapauds accoucheurs, qui ont empêché cette solution”. Si même les batraciens s’en mêlent…

Quant aux sites provisoires des dernières années, ils se trouvent en zone inondable : “Toute la zone où venaient les gens du voyage est soumise à un PPRI [plan de prévention des risques d’inondation]. Cela interdit tout stationnement”, éclaire M. Lesbats, non contredit par le sous-préfet. Il reste évidemment des terrains, plus près des habitations. Des choix devront être opérés. Car le sous-préfet s’en est fait un objectif : “Je souhaite amener les collectivités à appliquer le schéma pour l’été prochain. Je vais travailler très activement là-dessus, pour que l’on ait une aire de grand passage à Nive-Adour, sur l’Acba et à Errobi”, annonce M. Dallennes.

Urrugne engage une procédure

La mairie d’Urrugne, où se sont installées dimanche, sur un terrain de rugby, quelque 100 caravanes de gens du voyage, a décidé de saisir le tribunal de grande instance pour lancer une procédure en référé.
Odile de Coral s’estime dans son droit. Le schéma départemental d’accueil des nomades, révisé en 2011, ne lui impose en effet pas d’aménager un terrain sur sa commune pour les passages estivaux, cette responsabilité étant dévolue à d’autres membres de l’Agglomération Sud Pays Basque : Saint-Jean-de-Luz (réalisée) et Ciboure (non réalisée). Toutefois, Urrugne ne respecte pas une autre exigence posée par le schéma, celle de construire huit habitats adaptés pour les populations actuellement installées sur la corniche.

inprimatu