RSS
Hasiera > Paperezkoa > Culture

Culture

Bidart : La Communale retombe en enfance et fait sa kermesse artistique

 

p011_ph02_1.jpg

14/06/2013

C.V

À la découverte d’ateliers artistiques nichés au cœur de Bidart, dans l’ancienne école communale… La Communale s’ouvrira au public ce dimanche 16 juin, comme un clin d’œil au lieu d’implantation. “L’événement tient de l’idée des kermesses de village, des fêtes d’école”, présente Julie Lesgourgues, dont la structure, Hybrid Éditions, assure à ce jour la gestion de l’association au sein des locaux communaux. Un retour en enfance, dans un esprit de simplicité, d’échanges et de rencontres, où les activités se multiplient. En effet, tout au long de la journée, les curieux pourront flâner au gré des 30 ateliers artistiques, comme faire une halte à la buvette artistique ou au salon de thé vidéo, s’essayer à la photo et à la sérigraphie, ou encore dénicher l’“objet” au marché des créateurs. Une journée-kermesse qui s’étend au-delà des locaux de La Communale, avec un ciné-concert au cinéma Family à 18 heures.

Un bilan “super-positif”

Et qui dit anniversaire de La Communale dit forcément bilan. “L’année a été super-positive. Trente artistes ont pris possession des lieux, sont partis en résidence. D’autres ont été accueillis ici en résidence de création. Et ce dans une multiplicité de formes artistique, à la manière d’une pépinière finalement”, ajoute Julie Lesgourgues. “Le travail fourni pendant l’année a été énorme.” Et pour cela aussi La Communale souhaite inviter les habitants à prendre part à la fête, à (re)découvrir le lieu artistique et les travaux qui en découlent.

Un projet éphémère

Quant à l’avenir ? “Tout est très clair depuis le début du projet : La Communale est un lieu éphémère. Bien sûr, on espère continuer l’an prochain, mais l’on sait que ça n’ira pas plus loin et que la mairie va récupérer les lieux. Mais c’est peut-être aussi ce caractère éphémère qui nous pousse à être le plus efficaces et productifs possible”, étaye Julie Lesgourgues. Une réaffectation inévitable, certes, mais qui n’entache en rien l’entrain de ses locataires. Qui plus est, l’aventure se veut le point de départ de rencontres et partenariats artistiques fructueux avec notamment Nabie Productions, La Maison, la galerie du Second Jeudi… Bref, c’est tout un réseau qui prend forme dans ce lieu éphémère et qui, lui, est voué à se prolonger sur du long terme, on l’espère.

Pour un dimanche artistique tout en douceur, rendez-vous à Bidart de 10 heures à 22 heures.

inprimatu