RSS
Index > Edition papier > Sports

Sports - Rugby

L’UBB compte sur Romain Lonca

p009_01.jpg

27/04/2013


Marc DUFRECHE

Vous cherchez la pépite ! Il se change dans le vestiaire.” La pépite, c’est Romain Lonca (21 ans - 1,90 m, 84 kg), un surnom tout trouvé pour ce demi d’ouverture du Stade Hendayais qui à 21 ans fait beaucoup parler dans le milieu du rugby… et pas seulement à Hendaye.

Fédérale 1 ou Pro D2, il a été récemment approché par au moins trois clubs du grand Sud-Ouest. Le joueur, qui possède depuis peu un agent, ne souhaite pas donner les noms de ces équipes. La raison, sa préférence va vers un quatrième club qu’il est sur le point de rejoindre : l’Union Bordeaux Bègles évoluant ans le Top 14. Romain Lonca a tapé dans l’œil de Vincent Etcheto (voir encadré). L’entraîneur des trois-quarts girondins voit partir cette année Camille Lopez, le demi d’ouverture que l’UBB avait été cherché à Mauléon en Fédérale 1. Depuis, Lopez est devenu un prétendant à l’équipe de France. Pour Perpignan qui l’accueille, c’est même la recrue phare de l’intersaison.

L’UBB n’hésite donc jamais à faire son marché en Fédérale et notamment au Pays Basque. Le demi de mêlée de Mauléon (Fédérale 2), Beñat Queheille (19 ans), et le pilier de Tyrosse (Fédérale 1), Beñat Auzqui (30 ans - formé à Saint-Jean-Pied-de-Port), se sont déjà engagés avec le club girondin pour la saison prochaine. Romain Lonca a reçu une offre concrète ce jeudi pour un contrat espoir de deux saisons avec l’UBB. Il devrait donc être le troisième joueur “siglé” fédéral à intégrer l’effectif du trio Ibañez, Etcheto, Sonnes.

“C’est un créatif”

“Romain est un joueur protêt. Une pépite qui mérite d’être taillée. Il a des qualités physiques et techniques qui lui permettent d’évoluer au niveau au-dessus. C’est un créatif, il crée des déséquilibres. Il est capable de négocier très rapidement certaines situations avec des choix justes”, juge Philippe Feuillade, l’entraîneur des trois-quarts hendayais et ancien joueur du Biarritz Olympique. “C’est un faux lent comme l’Australien Larkham. Un grand échalas qui va en fait très vite et qui a de grandes qualités d’appui. Il doit encore progresser dans la conduite du jeu, apprendre à gérer les temps forts et les temps faibles.”

À 21 ans, Romain Lonca n’est pas un total inconnu. Disons qu’il a pris son temps avant de faire parler de lui. Le temps aussi d’avancer des études en ostéopathie. Son parcours a débuté par le football au club des Églantins d’Hendaye où il estime “avoir pas mal appris au niveau gestuel”. “J’ai été jouer au rugby pour retrouver les copains”, poursuit-il. L’adaptation au ballon ovale se fait naturellement. Presque une évidence lorsqu’on est le fils de Jean-Jacques Lonca, trois-quart centre de Bègles puis du BO où il formait la paire au milieu des années 1980 avec Philippe Feuillade, l’entraîneur du Stade Hendayais. Un père qui est “son meilleur conseiller”, celui avec qui “débriefe” ses matchs, raconte le demi d’ouverture hendayais.

Passage au Biarritz Olympique

Avec les jeunes d’Hendaye, Romain Lonca est bon tout simplement et prend très vite la direction du Biarritz Olympique. Il forme alors la charnière avec un certain Yann Lesgourgues dans une équipe de cadets où figure également Paul Couet-Lannes. En face, il joue face à un certain Jean-Pascal Barraque lorsque le BO affronte Tarbes. Au contraire de ses deux amis qui ont poursuivi au BO jusqu’à signer des contrats professionnels, Romain Lonca ne reste que deux saisons (cadet et junior Crabos) à Aguilera. Après une étape d’un an à Saint-Jean-de-Luz (junior Balandrade), il décide de rentrer à Hendaye. Étonnant de voir Biarritz laisser passer ce garçon lorsqu’on voit sa trajectoire actuelle. “Romain qui ? Lonca ! Non je n’en ai jamais entendu parler”, avoue Laurent Rodriguez, manageur du BO depuis la saison 2008-2009.

Si Philippe Feuillade “se pose des questions” à ce sujet, il a son avis : “Ce sont les aléas d’une carrière. Peut-être que c’était trop tôt et qu’il avait besoin de végéter un peu plus en Fédérale. Jouer à Hendaye fait qu’aujourd’hui on parle de lui. On voit son potentiel car il peut s’exprimer.” “Sans regret” d’avoir pris le chemin si formateur de la Fédérale, Romain Lonca poursuit : “Le temps de jeu à Hendaye pendant trois ans n’a pas été négligeable. Je n’aurais sans doute pas joué autant dans un club d’élite même en espoir. J’ai croisé des grands joueurs comme Sudre, Massabeau, Lhandes, Som [des anciens professionnels qui ont évolué à Hendaye, ndlr] qui m’ont beaucoup appris.”

Romain Lonca confie “avoir toujours eu dans un coin de la tête une pensée pour le haut niveau”. “En fonction des choix, cette envie s’éteignait un peu”, précise-t-il. Avec l’offre de l’UBB, l’envie n’a jamais été aussi forte. Elle n’a jamais été aussi proche de devenir une réalité. Mais avant d’accepter la proposition de l’actuel 12e du Top 14, Romain Lonca veut rester concentré et finir en beauté avec le Stade Hendayais. “On doit confirmer dimanche en 16e de finale retour la victoire à Argelès et ensuite aller le plus loin possible”, conclut-il. Il sera alors temps de parapher enfin ce contrat avec l’Union Bordeaux Bègles.

Etcheto : “je voulais quelqu’un de non formaté”

Contacté par téléphone, Vincent Etcheto a accepté de donner les raisons du choix de Romain Lonca. “Sur les conseils d’un ami, je suis allé le voir jouer. Je suis ensuite allé à Hendaye avec Ludovic Loustau [préparateur physique de l’UBB] pour lui faire passer des tests de techniques, vitesse, jeu au pied. Il va vite et il peut jouer un peu partout derrière, mais je veux en faire un dix et un buteur. Il en a toutes les qualités. De toute façon, un bon dix peut devenir un bon arrière alors que l’inverse n’est pas vrai. Ce n’est pas forcément une volonté d’aller en Fédérale recruter des joueurs. Économiquement, on ne peut pas aller chercher des joueurs qui viennent de loin, souvent très chers et pas forcément meilleurs que des joueurs moins connus. Alors on regarde à côté. Il y a des joueurs qui passent au travers de la détection, qui à un moment sortent de la filière classique centre de formation, espoirs. Le parcours de Romain est atypique et ça me plaît. Je voulais quelqu’un de pur, un joueur non formaté par la filière professionnelle. L’an prochain, il y aura Nicolas Sanchez et Pierre Bernard pour le poste de demi d’ouverture, ensuite, il y aura Romain Lonca, s’il accepte de venir. J’ai envie qu’il me pose des problèmes lorsque je ferai mes compositions d’équipe.”

inprimatu