RSS

Sports - Pelote

Finale au Moderne

p009_01_pelote.jpg

27/04/2013

Marc DUFRECHE

11 h 00, dimanche : c’est l’heure de la grande finale du Championnat de France Élite pro par équipes. Le trinquet Moderne de Bayonne devrait faire le plein pour cette partie qui opposera les favoris Waltary Agusti-Thierry Harismendy aux challengers Olivier Larrechea-Ximun Lambert. Les quatre joueurs donnent leur point de vue avant cette partie pour le titre.

Larrechea : “On vient pour jouer cette finale et pour la gagner”

“Waltary-Harismendy ont eu un parcours chaotique en perdant toutes les parties de poule pour arriver en finale. C’était l’équipe favorite avec Sorhuet et Ducassou. Les choses ont fait que ces deux équipes se sont rencontrées en demi-finale. Tant mieux pour nous. Waltary a été à son niveau en quart de finale et en demi-finale. Sur les parties de poule, il était diminué et le fait qu’il n’y ait pas d’enjeu, juste une histoire de classement, fait que ça s’est déroulé ainsi. Nous, on a fait une très bonne première partie de poule (victoire contre Waltary-Harismendy). On est passés complètement à côté de la deuxième contre Sorhuet et Ducassou. On a pris une rouste. Je l’avais un peu en travers. Mais finalement, ça ne nous a pas desservis car ça nous a permis d’éviter une des grosses équipes en demi-finale. Il y a eu la surprise en barrage avec Laurent Lambert et Bonetbelche qui ont battu Etcheverry-Etcheto et on ne s’attendait pas à jouer contre eux. On a pris cette demi-finale sérieusement et on a fait ce qu’on avait à faire. On ne vient pas ici pour prendre une casquette. On vient pour jouer cette finale et pour la gagner.”

X. Lambert : “Arriver en finale avec un autre avant, c’est gratifiant”

“Waltary est toujours favori. En demi-finale, il a montré qu’il n’avait plus mal au pouce. On a fait un bon championnat avec Olivier et on va essayer de créer la surprise. Ça va très vite avec Waltary, c’est ça le problème. Dès qu’il a une belle pelote, il finit le point. On va essayer de faire la même chose que lors de la première partie de poule qu’on a gagnée contre eux. On lui avait joué dans les jambes et il n’avait pas trop aimé. Je pense aussi qu’il n’était pas prêt en sortant du tête-à-tête. Maintenant, il est top et cette finale sera beaucoup plus dure que cette première partie. Quand on joue avec Waltary, c’est plus facile et je l’ai toujours dit quand il y a deux ans j’avais gagné ce championnat avec et grâce à lui. Arriver en finale avec un autre avant, c’est gratifiant pour moi. Ça montre que je n’ai plus besoin forcément de Waltary pour gagner et que j’ai progressé.”

Waltary : “Chaque Championnat, il y a des histoires autour de Waltary”

“Je n’avais pas joué en équipe depuis novembre et je me suis retrouvé un peu perdu au début. Je me suis fait mal au pouce ensuite. Il y a des gens qui ne croient pas que j’étais blessé. Chaque Championnat de France, il y a des histoires autour de Waltary. Je suis habitué. C’était déjà ridicule de voir les remplaçants ne pas vouloir jouer la dernière partie de poule. J’ai été obligé de jouer de la gauche. Il ne faut pas oublier que mon coéquipier était aussi blessé au pouce du pied après le barrage de Saint-Palais. Moi, j’ai joué sous infiltration lors de cette partie. Résultat, on s’est retrouvés les deux blessés. Je regarde le règlement qui dit que si deux joueurs sont blessés, il faut reporter d’une semaine. Je ne rentre pas dans le jeu de qui est le favori. Olivier est dans les trois meilleurs avants, Ximun dans les trois meilleurs arrières. C’est une finale.”

Harismendy : “Ça a été très dur mentalement”

“Ça va être une finale difficile et pour gagner, on devra être à notre meilleur niveau comme on l’a été en demi-finale. C’est un peu le même type d’équipe que nous et je vais essayer de procurer la bonne pelote à Waltary avant que Ximun ne le fasse pour Olivier. Dans les parties de poule, Waltary était blessé au pouce et n’était pas à 100 %. Du coup, j’ai essayé de jouer beaucoup tout seul, je lui ai demandé beaucoup de pelotes et du coup, j’ai surjoué, j’ai forcé et j’ai fait des bêtises. Et j’ai perdu confiance. Avant le Championnat, je n’imaginais pas perdre toutes les parties de poule. Ça a été très dur mentalement. Quand on joue avec Waltary, forcément, on est dans la peau du favori et on aspire à arriver en finale. On s’est posé beaucoup de questions. On a beaucoup parlé et on a réussi à se remobiliser. On s’est dit que si on arrivait à jouer tous les deux bien ensemble, on pouvait toujours arriver au bout. On a pris confiance lors des deux dernières parties. Maintenant, on arrive beaucoup plus relâchés, beaucoup plus sûr de nous pour la finale.”

inprimatu