RSS
Hasiera > Paperezkoa > Sports

Sports - Cyclisme

Huit coureurs “non basques” avec Euskaltel-Euskadi

p010_01_28206.jpg

24/10/2012

Marc DUFRECHE

Hier l’équipe Euskaltel Euskadi a déposé à l’Union Cycliste International, UCI, sa liste des coureurs qui constitueront le groupe professionnel pour la saison 2 013. Comme prévu huit coureurs “non basques” ont été intégrés à l’effectif avec pour objectif de voir l’équipe au célèbre maillot orange conserver sa place au sein du Pro Tour.

“Euskaltel Euskadi débute son second cycle avec un projet durable pour le futur” a indiqué Igor González de Galdeano, le manager de l’équipe, lundi lors de la présentation du nouvel effectif. Au sujet du changement de politique et l’arrivée de coureurs étrangers dans l’effectif, le manager basque a déclaré vouloir “respecter la philosophie qui a donné tant de succès à l’équipe et se moderniser afin de pouvoir s’adapter aux nouvelles dispositions du cyclisme mondial. Nous continuons à être un projet de pays, avec des partenaires basques, des leaders basques et un pari fait sur l’avenir avec la formation basque”.

Samuel Sánchez, Igor Antón ou Mikel Nieve seront les leaders d’Euskaltel Euskadi sur les courses du circuit en 2013. La “formation basque”, la “cantera”, est symbolisée par Gorka et Ion Izagirre, Romain Sicard, Mikel Landa et Pello Bilbao. Les jeunes Basques Jon Aberastruri (Orbea), Garikoitz Bravo (Caja Rural) et le Sévillan Juan José Lobato (Andalucía) intègrent également l’équipe. Les huit coureurs “non basques” à revêtir le maillot orange pour 2 013 sont le Portugais Ricardo Mestre (29 ans), le Marocain Tarik Chaoufi (26 ans), le Grec Ioannis Tamouridis (32 ans), le Russe Alexander Serebryakov (25 ans), les Slovènes Jure Kocjan (28 ans) et Robert Vrecer (32 ans) et les Allemands André Schulze (38 ans) et Steffen Radochla (34 ans). “Ce sont des cyclistes qui ont des points au classement UCI et qui apportent de la qualité dans les points faibles de l’équipe : les classiques et les arrivées au sprint”, a justifié Igor Gonzalez de Galdeano.

Effectivement, pour sélectionner les 18 équipes du circuit Pro Tour, l’UCI établit un classement complexe constitué à partir d’un classement au mérite sportif établi en additionnant les points des coureurs de l’effectif d’une équipe et les capacités financières de cette équipe. Les coureurs du Pro Tour peuvent gagner des points sur les 29 courses du calendrier Pro Tour très exigeant. Samuel Sanchez (9e - 332 points), Mikel Nieve (54e - 98 points), Ion Izagirre (86e - 46 points) et Igor Anton (88e - 44 points) sont les coureurs Euskaltel qui apportent le plus de points à leur équipe. Le total basque n’est, semble-t-il, pas suffisant pour garantir la place d’Euskaltel dans le Pro Tour, synonyme notamment de participation au Tour de France. Il faut alors partir à la pêche au point.

Ce n’est pas dans les équipes Pro Tour que se trouvent les meilleures opportunités de “coureurs à points” trop chers, mais dans les équipes Continentales. Ces dernières évoluent dans une “deuxième division” mondiale constituée de cinq circuits (Europe, Asie, Océanie, Amérique, Afrique) avec chacun leur propre classement. Ainsi les 325 points du leader africain, le Marocain Tarik Chaoufi valent tout autant que les 332 points de Samuel Sanchez, tout comme les 332,75 points de l’Allemand André Schulze 13e du classement Européen. “Etre ou ne pas être dans le Pro Tour change la situation”, a expliqué Igor Gonzalez de Galdeano en rappelant que le partenaire principal du projet a “demandé à y figurer”.

“Ne pas être dans le circuit Pro Tour nous obligerait à adopter une nouvelle gestion”, a ajouté le manager Basque. L’UCI rendra sa décision dans quelques jours concernant les 18 équipes retenues pour disputer le circuit Pro Tour l’an prochain. Les dirigeants d’Euskaltel sont dans l’attente mais s’avancent confiant à l’image d’Igor Gonzalez de Galdeano : “nous sommes dépendants de la décision de l’UCI, mais j’ai la sensation que nous avons rempli les obligations et que l’équipe sera dans le Pro Tour”.

 

Les Basques manquent de points

Le classement au mérite sportif mis en place par l’UCI est à l’origine du changement de politique de l’équipe Euskaltel, car il est aujourd’hui difficile d’avoir un nombre de points conséquents pour ce classement avec seulement des coureurs formés au Pays Basque. Chez Euskaltel ils sont huit à avoir des points UCI à la fin de cette saison 2 012 pour un total de 584 points : Samuel Sánchez (332), Igor Antón (44), Mikel Nieve (98), Gorka Izagirre (8 points), Ion Izagirre (46), Egoi Martínez (20), Gorka Verdugo (35) et Romain Sicard (1). Pour augmenter ce nombre de point, Euskaltel aurait pu recruter les autres coureurs basques sur le circuit professionnel. Mais ils représentent à eux tous un total de 390 points, là encore insuffisant pour permettre à Euskaltel de passer la barre des 1 000 points, le minimum jugé nécessaire pour se mêler à la lutte des équipes candidates au Pro Tour. Ces autres Basques du circuit professionnel sont : Haimar Zubeldia (Radioshak - 56e du Pro Tour, 94 points), Beñat Intxausti (Movistar - 84e du Pro Tour, 47 points), 248e Koldo Fernandez (Garmin - 248e du Pro Tour, 1 point), Egoitz Etxeguibel (Cofidis - 121e du Continental Europe, 107 points), Iker Camano (Endura Racing - 191e du Continental Europe, 77 points), Aitor Galdo (Caja Rural - 292e du Continental Europe, 52 points) et Ibon Zugasti (Start Cycling Team - 86e du Continental Afrique, 12 points).

 

 

inprimatu