RSS
Index > Edition papier > Pays Basque

Pays Basque

Le PNB fête l’ikurrina à la Rhune demain

p004_02.jpg

13/07/2012

Béatrice MOLLE

Pour la troisième année consécutive, le Biltzar luzien du Parti nationaliste basque (PNB) appelle à se retrouver au sommet de la Rhune pour un hommage à l’ikurrina demain à 12h30 avec un meeting prévu à 13 heures en présence du président du parti, Iñigo Urkullu. Le 14 juillet, date symbolique s’il en est dans l’Etat français, mais aussi pour les Basques, explique le président du Biltzar de Saint-Jean-de-Luz, Jean Aniozbehere : “La Rhune est un lieu symbolique, mais la date du 14 juillet l’est tout autant. Il y a eu deux 14 juillet. L’un en 1789, lors de la Révolution française, qui a supposé pour beaucoup de Basques du Nord un traumatisme en les mettant dans une espèce de cloaque basco-béarnais et en faisant finalement disparaître les deux, Basques et Béarnais. L’autre un siècle plus tard, le 14 juillet 1894, date de la création de l’ikurrina par Sabino et Luis Arana à Bilbo.”

Jean Aniozbehere assure que cette création a réveillé “l’abertzalisme latent” existant en Pays Basque. Sortie de l’ikurrina qui sera suivie de la création du PNV. Jean Aniozbehere estime vital de “revenir aux fondamentaux : le fait d’être à droite, à gauche ou au centre est secondaire. Cela doit être vu après. Par rapport aux élections, ma position personnelle est que dans l’Etat français, le parti abertzale qui arrive second au premier tour doit rallier au deuxième tour celui qui arrive en tête. Quand je pense qu’au Sud ce sont les élections qui ont foutu en l’air le souverainiste Juan José Ibarretxe !”

 

Elections : bilan politique

Lors de cette présentation d’hommage à l’ikurrina, la présidente de l’Ipar Buru Batzar, Txaro Goikolea, a dressé un bilan politique, notamment concernant les dernières élections législatives. “On nous demande souvent pourquoi depuis trois ans nous nous présentons à des élections alors que nous obtenons 2 % des suffrages. Nous regardons les choses d’un autre angle. Avant de nous présenter, nous existions, mais les élections permettent de gagner en notoriété. Concernant les élections, nous partons de zéro, mais nous affirmons ainsi notre manière de voir les choses plutôt que de soutenir les uns ou les autres. Le but est aussi est de nous faire connaître. Car souvent, soit les gens font l’amalgame, ou bien ils ne nous connaissent pas. Nous sommes donc décidés à continuer ce challenge avec détermination et nous avons décidé d’être présents.”

Par ailleurs, Txaro Goikolea a réitéré que son parti était favorable à la création d’une collectivité territoriale avec droit à l’expérimentation. Elle a aussi indiqué que le PNB avait préparé un budget approximatif de cette éventuelle institution : “D’après nos premières conclusions, cette institution est tout à fait réalisable et viable. Et nous continuons à travailler dans ce sens.”

inprimatu