RSS
Index > Edition papier > Pays Basque

Pays Basque

Le débat est vif sur le mariage pour tous

p007_ph01.jpg

06/11/2012

Giuliano CAVATERRA

Alors que le projet de loi sur le “mariage pour tous” sera présenté au conseil des ministres mercredi, partisans et opposants à cette loi affrontent leurs arguments. Au niveau local ce sont les opposants qui ont ouvert le bal avec une conférence-débat organisée vendredi dernier par l’Observatoire sociopolitique diocésain. La présence de personnes favorables à la loi y a créé quelques remous. L’association Les Bascos, association de défense des droits des personnes homosexuelles, quant à elle prévoit une série de réunions publiques à travers tout le Pays Basque durant les prochaines semaines.

“Et l’enfant dans tout ça ? Les enjeux du ‘mariage pour tous’et de l’homoparentalité” tel était le thème de la conférence-débat organisée vendredi par l’observatoire sociopolitique diocésain en présence de Marc Aillet, évêque de Bayonne et avec pour conférencière Mme Béatrice Bourges, porte-parole nationale du Collectif pour l’enfant. Selon Olivier drapé de l’observatoire il s’agissait d’ “éclairer les consciences des personnes qui se posent des questions”. Pour M. Drapé la conférence a été une réussite tant au niveau de l’affluence qu’au niveau de la tenue du débat.

Ce n’est pas l’avis de Bernard Gachen de l’association Les Bascos et des partisans de la loi présents sur place. “Il a fallu que je fasse pression pour pouvoir m’exprimer” indique M. Gachen “ensuite les questions devaient être posées par écrit et c’est l’évêque lui-même qui les triait” affirme-t-il. M. Drapé se défend “nous avons choisi de faire poser les questions par écrit pour la bonne organisation du débat car il y avait 320 personnes présentes”. Il estime par ailleurs que quand Les Bascos organisent une réunion “elle n’invite pas les associations familiales chrétiennes”. Pour lui chaque point de vue à tout de même pu s’exprimer vendredi. Enfin il estime à l’instar de l’évêque que l’organisation d’états généraux “sur le modèle de ceux organisés sur la bio éthique” permettrait un large débat démocratique où tous les points de vue pourraient s’exprimer.

Autres critiques des opposants : des insultes qui auraient fusé à leur égard. “Il y a eu des échanges tendus pendant l’intervention de B. Gachen” raconte l’avocate Laurence Hardouin qui affirme qu’en sortant de la salle un membre de l’assistance aurait lancé “cassez-vous sales gouines”.

Si l’observatoire n’a pas encore fixé d’autres initiatives elles devraient avoir lieu suivant le calendrier législatif.  Les Bascos en revanche indiquent qu’une série d’initiatives verront le jour dans les prochaines semaines parmi lesquelles une dizaine de réunions publiques.

inprimatu