RSS
Index > Edition papier > Pays Basque

Pays Basque

Le climat n’est toujours pas à l’apaisement à la Chambre de métiers

p005_02cfdt.jpg

06/06/2012

Carole SUHAS

Il y a un an de cela, en mars 2 011 plus précisément, les salariés de la Chambre de métiers de Bayonne et de Pau mettaient en lumière des “brimades” et “mises au placard” au sein de l’établissement public. Une souffrance au travail également constatée et confirmée par la médecine du travail. Le président de l’établissement, Sauveur Lagourgue, s’engageait alors, en réponse aux multiples sollicitations de la CFDT, à la mise en place d’une enquête sur les risques psycho sociaux, dont les résultats auraient dû être connus quelques mois après.

“Aujourd’hui, il n’y a toujours rien”, constate avec amertume Dominique Vouillat, délégué syndicale CFDT à la Chambre des métiers. D’après lui, la situation reste inchangée et il prend pour preuve les situations de deux de ses collègues. L’un, travailleur handicapé, recevrait des fiches de paie à 0,00 euro depuis cinq mois, n’ayant toujours pas été reclassé comme la loi l’exige. Pour la direction, ce n’est pas un refus de reclassement, simplement “un retard dû au respect du temps de procédure”, comme l’explique le président Sauveur Lagourgue. Quant au second travailleur, en arrêt maladie, il aurait reçu des lettres le menaçant d’abandon de poste, alors que lui aurait fourni les justificatifs nécessaires. Le président nie la “menace” et explique que la médecine du travail l’ayant “déclaré apte au travail, s’il ne revient pas c’est en effet de l’abandon de poste”.

Au sujet de l’enquête qui n’a toujours pas eu lieu, Sauveur Lagourgue répondra que les différentes étapes entamées il y a neuf mois de cela pour choisir le cabinet indépendant qui mènera cette enquête ont abouti il y a 15 jours à un choix. “Maintenant, l’enquête sera lancée à la rentrée prochaine puisque les cours finissent dans un mois”.

De leur côté, les salariés, après avoir alerté le préfet, se sont tournés vers leur autorité de tutelle, à savoir le ministère de l’artisanat, auquel ils ont envoyé une lettre de sensibilisation.

inprimatu