RSS
Hasiera > Paperezkoa > Culture

Culture

Le musée Zuloaga de Zumaia rouvre ses portes

p011_ph01.jpg

07/02/2012

Cécile VIGNAU

Il faudra encore attendre quelques semaines avant de pouvoir passer les portes du musée Zuloaga de Zumaia. La réouverture du site est prévue pour le 30 mars. Avec quelques petits changements, notamment dans la direction.

Un jugement sans appel a récemment divisé le patrimoine familial Zuloaga en trois parties. En effet, après controverses et litiges judiciaires, les trois héritiers, petits-enfants du célèbre peintre, se retrouvent chacun avec une parcelle de ce patrimoine légué. Le musée privé, ermitage su chemin de Saint-Jacques à Zumaia, revient à Rafael. Ramón reste avec le domaine familial et la Fondation Zuloaga qu’il a lui-même créée. Une fondation qui œuvre principalement à la recherche, la diffusion et la mise à jour des valeurs artistiques qui ont caractérisé la vie et le travail des membres de la dynastie d’artistes Zuloaga. Enfin, María Rosa devient la nouvelle directrice du musée dédié à son grand-père à Pedraza de la Sierra (Ségovie). I. Zuloaga voua une passion sans bornes à la terre de Ségovie, à la vieille Castille. Le château de Pedraza a vu naître plusieurs œuvres de l’artiste gipuzkoar. Ce dernier a en effet élu le château comme lieu de villégiature, lieu privilégié de travail et de repos. Alors qu’il était en ruines, I. Zuloaga l’a racheté et rénové partiellement. Il abrite aujourd’hui une partie de sa collection.

Deux pièces pour un musée

Le site de Zumaia comprend deux parties, à commencer par la pièce relative à une partie des œuvres de Zuloaga, située dans l’atelier du peintre. Les tableaux les plus célèbres de l’artiste y sont conservés. Dans la seconde pièce, la collection personnelle de Zuloaga. Amateur d’art, il a acquis sa vie durant une collection remarquable, aujourd’hui conservée à Zumaia. Parmi lesquels Le Christ sur la croix d’El Greco, le Portrait de Martínez de la Rosa de Vicente López, des tableaux de Goya et Zurbarán, mais également des sculptures de Rodin, un buste de Gustav Mahler et Le Christ crucifié de Julio Beobide. Ce dernier, célèbre sculpteur de Zumaia et proche de Zuloaga, tenait son atelier Kresala près de Santiago Etxea, maison de Zuloaga qui abrite aujourd’hui son musée.

Un artiste controversé

I. Zuloaga a été toute sa vie et aujourd’hui encore sujet à la controverse. Ses œuvres sont en effet dédiées à l’art espagnol. Les thèmes de ses peintures, qui ont trait à la tauromachie, à la tradition espagnole, soulèvent la “question Zuloaga”. Alors que pour certains Espagnols, il distille une fausse image de ce qu’est l’Espagne, les Basques ne le considèrent pas comme un artiste basque.

Le peintre a cependant acquis un succès populaire aux Etats-Unis, en particulier au cours du voyage qu’il y fit en 1925, lorsqu’il déclencha dans les villes de Boston et de New York la Spanish Craze et mit l’Espagne à la mode.

inprimatu