RSS
Index > Edition papier > Pays Basque

Pays Basque

L’Agglomération se prononce ce soir pour son élargissement au sud des Landes

p005_1_57406.jpg

25/08/2011

Pierre MAILHARIN

Les 33 délégués communautaires de l’Agglomération côte basque-Adour (Acba) rendront ce soir leur avis sur le Schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) 2012-2018. Initialement, le texte prévoyait pour l’ex-Cabab un élargissement aux Communautés de communes (CC) Nive-Adour et Errobi, ainsi qu’à Arbonne, à l’horizon 2018.

Dans la lignée des conseils municipaux de Bayonne lundi, et Anglet mardi, c’est une copie largement remaniée de la proposition préfectorale qui sera soumise au vote. “Nous avons souhaité donner une vision de bassin de vie et de développement du territoire pour l’Agglomération”, souligne l’élu biarrot Michel Veunac, impliqué dans la rédaction du document. “Pour cette raison, nous nous prononçons en faveur d’un élargissement au sud des Landes [CC du Seignanx]”. Au Pays Basque, l’agrandissement de la structure resterait cantonné à “la zone d’influence de l’agglomération” : Arcangues, Bassussarry, Ustaritz, Jatxou (excluant donc la partie la plus éloignée d’Errobi), Arbonne, Ahetze et Briscous. Ces deux dernières municipalités ne figuraient pas dans la délibération bayonnaise.

A priori, ce “redécoupage du redécoupage” devrait être approuvé à une assez large majorité par les conseillers communautaires. Sur les onze délégués bayonnais, tous issus de la majorité de J. Grenet, dix ne font pas mystère de leur aval. Martine Bisauta, qui prendra la parole ce soir afin de défendre (entre autres) les limites territoriales du Pays Basque Nord, sera l’unique représentante de la capitale labourdine à ne pas ratifier l’extension vers les Landes.

Du côté d’Anglet, on assistera aussi, théoriquement, à une adhésion massive. Des neuf délégués que compte la ville, huit ont donné leur assentiment mardi à un texte voisin de celui de l’Acba. Seul Jean-Pierre Roux a dit non, avec ses trois camarades communistes. En toute logique, il renouvellera ce refus en conseil communautaire (nous n’avons pu le joindre hier).

Biarritz n’a pas voté

A Biarritz, les choses sont plus confuses : le maire Didier Borotra n’a pas jugé utile d’inscrire cette question à l’ordre du jour d’un conseil municipal. La cité impériale recense sept délégués communautaires. Parmi eux, les deux élus UMP Max Brisson (représenté par Frédéric Domege) et Pierre Grenade ont fait savoir, par le biais d’un communiqué, qu’ils “voteront la motion proposée par le président J. Grenet puisqu’il s’agit d’un texte volontariste, réaliste et sage”. Cela vaut pour l’élargissement au Pays Basque. “A contrario”, ils “s’opposent à l’entrée de la CC du Seignanx pour des raisons de cultures, d’identités et de pratiques politiques différentes et façonnées par l’histoire”. Ils rappellent également qu’“il existe une limite qui sépare le Labourd de l’actuel département des Landes”, mais se disent néanmoins “favorables à toute idée de collaboration avec les structures landaises voisines”.

Que va faire D. Borotra ?

Michel Veunac, lui, ne reniera évidemment pas son propre texte. Qu’en sera-t-il des deux autres délégués MoDem, Marie Contraire et, bien sûr, Didier Borotra ? Il se dit que ce dernier ne serait guère favorable au texte. Nous n’avons pu le joindre pour qu’il nous le confirme, pas plus que l’élu abertzale Jakes Abeberry. Quant au PRG Guy Lafitte, il votera le texte.

A Boucau et Bidart, trois délégués chacun, on a validé une version ressemblant à celle de l’agglo. Sans suspense, ce sera donc six voix supplémentaires pour l’élargissement au Seignanx. Ce qui portera le total au moins à 26.

 

Soule-Xiberoa prête à accueillir Lichos

Le conseil municipal de Mauléon et l’assemblée communautaire de Soule-Xiberoa devraient rendre demain soir un avis favorable à l’intégration en 2013 de Lichos au sein de la Communauté de communes (CC) Soule-Xiberoa. La localité béarnaise, située en zone d’influence basque, n’est actuellement rattachée à aucune CC. Le projet de son incorporation a été formulé par le préfet dans le cadre du Schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) 2012-2018. Non hostile à cette arrivée, les élus souletins s’opposent en revanche à une prise de la compétence “scolarité” par Soule-Xiberoa. Ils demandent également des éléments d’information complémentaires concernant l’assainissement collectif et non collectif.

Le conseil municipal de Mauléon devrait ajouter à cet avis “sa volonté expresse de conserver la compétence de production et d’alimentation en eau potable au travers de la régie municipale des eaux”. A “longue échéance”, il est en effet prévu par le SDCI que celle-ci soit absorbée par le Syndicat d’adduction d’eau potable (AEP) du pays de Soule.

inprimatu