RSS
Index > Edition papier > Pays Basque

Pays Basque

Le conseil municipal de Bayonne invite le Seignanx au Pays Basque

p005_1_59665.jpg

24/08/2011

Pierre MAILHARIN

Une collectivité basco-landaise, transdépartementale : même le préfet n’avait pas osé ! Lundi soir, en conseil municipal, les élus bayonnais étaient invités par M. Ceccaldi à se prononcer sur l’élargissement de l’Agglomération côte basque-Adour (Acba) aux Communautés de communes (CC) Errobi et Nive-Adour, plus Arbonne, à l’horizon 2018.

A l’unanimité moins deux voix - Eliane Pibouleau-Blain (contre), Martine Bisauta (abstention) - ils ont fermé la porte à sept membres d’Errobi (Cambo, Espelette, Halsou, Itxassou, Larressore, Louhossoa, Souraïde), l’ouvrant dans le même temps aux huit communes de la CC du Seignanx (Biarrotte, Biaudos, Ondres, Saint-André-de-Seignanx, Saint-Barthélémy, Saint-Laurent-de-Gosse, Saint-Martin-de-Seignanx, Tarnos), au nom de l’“appartenance avérée” de la structure landaise au “bassin de vie” bayonnais.

Le groupe de gauche Bayonne ensemble, après avoir cherché en vain à amender le texte - ils souhaitaient une accélération du calendrier de quatre ans (2014) - a approuvé en bloc la délibération : “L’élargissement du périmètre de l’agglomération est une nécessité. Nous avons pris beaucoup de retard sur ce plan, si on regarde ce qui s’est fait à Pau ou dans les Landes”, justifie Henri Etcheto. “Il s’agit de faire correspondre la communauté d’agglomération à l’agglomération réelle, ce qui induit donc tout le bassin de vie […]. Au nord, le Seignanx en fait partie. Les frontières départementales posent des problèmes techniques et administratifs, mais ces derniers ne sont pas insurmontables. Même si Tarnos est dans les Landes, nous partageons énormément de choses avec ses habitants. Beaucoup travaillent dans l’agglomération. Et beaucoup de Basques travaillent à Turbomeca”.

Cette réalité économique, Eliane Pibouleau-Blain, élue indépendante de gauche, la conçoit : “Mais il y a également une réalité culturelle, historique du Pays Basque”, équilibre-t-elle. “Le problème, c’est qu’entre les deux, il n’y a pas eu de débat. Je trouve cela inconcevable sur un tel sujet”.

L’opposante dénonce “un déni de démocratie”. “Cette proposition s’est faite entre les grands élus et les maires”, poursuit-elle. “Les élus municipaux et la population n’ont pas été consultés. ça aurait dû être l’occasion d’un référendum ou au moins d’assises sur la question. Quand on fait ce genre d’élargissement, il faut savoir pourquoi, quel projet commun, de vie, est derrière”.

Bisauta interviendra jeudi à l’Acba

Martine Bisauta, favorable à la préservation du pays Pays Basque, s’est abstenue afin de manifester son désaccord avec le mariage basco-landais (elle est membre de la majorité). Contactée hier, elle nous a indiqué qu’elle développerait son point de vue jeudi, lors du conseil communautaire de l’Acba. Celui-ci votera comme l’assemblée bayonnaise sur une structure élargie au Seignanx.

Notons que la délibération de lundi soir a été assortie de cette précision, tout sauf anodine : “L’intégration d’une commune ne pourra trouver de sens que si celle-ci adhère au projet de territoire de l’Acba élargie”. C’est loin d’être gagné pour les communes et CC du Pays Basque (voir ci-contre).

Et la CC du Seignanx ? Appelée à rendre un avis sur le SDCI des Landes, qui prévoyait le statu quo pour sa situation, elle n’a pas jugé utile de délibérer dans la période de trois mois qui lui était impartie (16 mai-16 août), avalisant de fait le schéma. Le vote bayonnais d’hier, consultatif, ne devrait pas l’inciter à mettre la question en débat lors d’un prochain conseil communautaire.

 

Elargissement de l’Acba : Arbonne dit non, Biarritz oui, sans voter

Dans le sillage des Communautés de communes (CC) Nive-Adour et Errobi, Arbonne a rendu lundi un avis défavorable à son intégration dans l’Agglomération côte basque-Adour (Acba) d’ici 2018. Un refus motivé par “l’absence de concertation en amont, de cohérence territoriale, de projet commun et d’éléments techniques et financiers concrets sur l’impact du détachement d’Arbonne de la CC Sud Pays Basque [CCSPB] et de son rattachement à l’Acba”. Néanmoins, le conseil municipal a souhaité “sans contrainte de temps, pouvoir mener une réflexion approfondie qui permettrait de faire le choix d’une organisation la mieux adaptée à son territoire (CCSPB, Acba ou autre Epci à créer)”.

Parmi les membres de l’Acba, Bayonne s’est donc exprimé lundi, Anglet et Boucau devaient le faire hier soir, Bidart a déjà approuvé l’élargissement. L’Acba elle-même se prononcera jeudi. Reste Biarritz, dont le maire n’a pas jugé utile de débattre du sujet en conseil, ratifiant de fait l’agrandissement. A la grande fureur de l’opposition de gauche, qui juge cette façon de faire “méprisante” et non “démocratique”.

inprimatu