RSS
Index > Edition papier > Culture

Culture

Les artistes se mobilisent pour sauver Kukutza Gaztetxea de la démolition

p010_01kukutza.jpg

15/07/2011

Carole SUHAS

Kukutza est en danger. Le plus grand gaztetxe de Bilbo, un ancien atelier industriel, est en passe d’être démoli à la demande du propriétaire des locaux, pour être transformé en appartements. Si le gaztetxe peut compter sur le soutien de tout le voisinage, et d’artistes comme Fermin Muguruza ou Manu Chao, le maire de la ville, lui, ne semble pas disposé à contrecarrer les plans du dit propriétaire.

Kukutza, en plein quartier Errekalde, s’est imposé depuis les années 1960 comme un centre d’impulsion socioculturel à part entière. Outre les multiples concerts et soirées qui s’y déroulent régulièrement, ses animateurs sont sur tous les fronts : féminisme, refus du projet de LGV, écologie, anticorrida, situation de la jeunesse et bien d’autres encore. Parce qu’il est un élément principal de la vie du quartier et de la vie culturelle de Bilbo, de nombreux artistes ont manifesté leur soutien face à ce qu’ils considèrent être un “attentat à la culture”, selon les termes employés par Manu Chao dans une lettre. “Une fois de plus, nous subissons un attentat à la culture ; c’est une violation d’un projet socioculturel autogéré. [...] Une vengeance, envers jeunes et moins jeunes, d’horizons différents et aux réalités socioculturelles différentes, privés de Kukutza, qui est à tous, au bénéfice de quelques-uns, toujours les mêmes, et au détriment du bien-être social et d’une culture qui nous rend plus libres”, écrit l’artiste.

Fermin Muguruza, ardent défenseur de Kukutza, s’est lui aussi opposé à ce projet immobilier qui signe l’arrêt de mort du centre culturel “le plus novateur du Pays Basque”, qui a permis à de nombreux artistes de faire connaître leur art. Avec Fermin, ils sont plusieurs centaines à s’être présentés devant les tribunaux pour s’auto-inculper d’avoir fréquenté et utilisé un centre culturel de la toute première importance. Parmi les artistes solidaires de la cause, on peut citer Kepa Junkera, Zea Mays, Andoni Egaña, Atom Rumba, Obrint Pas ou encore les txalapartari d’Oreka TX. Ils se joignent à l’appel à la manifestation internationale qui a été lancé pour demain samedi 16 juillet.  Le départ de la marche sera donné à 18 heures devant la mairie de Bilbo.

Sollicité, le maire de Bilbo, Iñaki Azkuna (PNV), a refusé d’apporter son soutien à la contestation et donc de racheter l’immeuble (d’une valeur de 6 millions d’euros environ), suggérant aux animateurs de Kukutza de pratiquer aussi l’autogestion de leurs problèmes.

 

Kukutza libertaire

Le gaztetxe Kukutza est un centre socioculturel autogéré, occupant un édifice industriel de 5 000 m2 dans le quartier Errekalde de Bilbo. Il se veut “projet citoyen impliqué dans la réalité du quartier et un des principaux poumons socioculturels alternatifs d’une ville chaque jour plus institutionnalisée et normative”. Depuis 15 ans s’y pressent d’innombrables initiatives culturelles libres, mais aussi la promotion de valeurs comme l’anti-autoritarisme, l’horizontalité des relations entre individus, l’autoréalisation, le travail communautaire ou la conscience critique pour construire un mode de vie plus juste, plus libre et participatif. Et tout ça en rigolant, bien sûr.

inprimatu