RSS
Index > Edition papier > Culture

Culture

La nuit porte aussi conseil à l’art avec la Nuit blanche artistique de Biarritz

p011_01nuit.jpg

06/07/2011

Carole SUHAS

Pour tous les noctambules, insomniaques ou simples courageux, la Nuit blanche artistique de Biarritz est une expérience à ne pas louper. Pour cette deuxième édition seulement, la crypte Sainte-Eugénie accueille à nouveau, et ce tout au long de la nuit du vendredi 8 juillet prochain, une quarantaine d’artistes plasticiens, musiciens, vidéastes, poètes. “L’art récup” sera le fil directeur de cette rencontre éphémère, car “c’est un besoin de la planète né il y a 50 ans de cela, mais il faut le rappeler chaque année”, estime Maura Black, instigatrice de cette Nuit blanche.

Comme l’explique l’artiste équatorienne, “cette Nuit blanche fait partie du projet global de mon association, Convivencia sociocultural Europea-Latinoamericana, et en tant qu’artiste étrangère, je voulais aussi faire partager la création d’Amérique latine”. Mais alors pourquoi la nuit ? “D’abord il faut savoir que ce n’est pas un concept nouveau, les Nuits blanches artistiques existent déjà dans les grandes villes, mais je me suis dit qu’il serait bien de l’implanter ici en Pays Basque. Après, en tant qu’artiste, je ne dors pas beaucoup et je travaille souvent la nuit. J’ai l’impression que ça me permet de développer ma créativité. Je connais aussi pas mal d’artistes qui préfèrent la pénombre de la lumière nocturne. On dirait que la nuit porte conseil, il n’y a pas de bruit, on est tranquille. Selon moi, c’est une situation qui nous permet de partager la créativité, parce qu’il ne faut pas être égoïste avec la création”.

Dans cet esprit de partage cher à Maura Black, les artistes auquel elle a fait appel viennent d’Amérique latine bien sûr, Brésil, Equateur ou Colombie, mais aussi d’Italie, d’Hernani, d’Antzuola, de Marseille, de Paris ou bien de Pau. De 22 heures à 6 heures, la crypte accueille une exposition, mais aussi de l’art vivant avec différentes performances. “La plupart des gens dorment la nuit, mais il faut penser aux insomniaques”. Pour les autres, c’est un autre rythme à prendre. Après tout, “ce qu’on fait la journée, on peut le faire la nuit”, conclut Maura. Vendredi 8 juillet prochain, préparez-vous donc à veiller.

 

PROGRAMME

Vendredi 8 juillet

22.00 : Inauguration de l’exposition (visible également le samedi et dimanche suivant. Nouveauté de cette édition).

22.30 : Solo violon, Chloé Picard. La Sara Banda de la partition 1 de Jean-Sébastien Bach. La Sonate N° 2 Op. 27 “Obsession” d’Eugène Ysaye. Biarritz.

23.15 : Co&CieDanse. Deva Macazaga, Jean Jacques Darras. Biarritz.

23.30 : Concert de guitare avec le concertiste, compositeur Edio Pessi da Rosa. Bossa Nova, Jazz… Brésil.

00.30 : Performance : Frida Kahlo, Sanduga con Alas, Maura Black, Sophie Hauteneuve, Jaima Puntschart. Equateur, France, Brésil.

1.00 : Musique : Pascal Sierzputowski. France. Irlande-Italie.

2.00 : Performance musicale. Kinjo/Electrophony. Anglet, Pays Basque.

3.00 : Performance de théâtre. Barreras (“Barrières”). Iñaki Mata. Antzuloa, Gipuzkoa, Pays Basque Sud.

4.00 : Musicothérapie. Vibration et méditation. Le voyage sonore. Stéphane Gourc. Landes.

5.00 : Libre manifestation artistique.

6.00 : Fermeture de la crypte Sainte-Eugénie.

inprimatu