RSS
Hasiera > Paperezkoa > Pays Basque

Pays Basque

L'enjeu : la paix en Pays Basque

p005_01.jpg

16/02/2011

Béatrice MOLLE

Pierre Hazan, Nuala O'Loan et Raymond Kendall, trois des cinq membres du Groupe international de contact (GIC) arrivés avant-hier en Pays Basque Sud, ont donné une conférence de presse hier à Bilbo, accompagnés par le médiateur Brian Currin.

«Nous ne sommes pas ici pour dire aux gens ce qu'ils ont à faire, mais bien pour enrichir le dialogue au sein de la société basque», ont-ils déclaré. Fidèles au message qu'ils avaient lancé le 12 novembre dernier, les membres du GIC se sont montrés disposés à tout mettre en oeuvre, après le cessez-le-feu d'ETA annoncé le 10 janvier dernier, «afin de faciliter, promouvoir et rendre possible la légalisation de Sortu [le nouveau parti de la gauche abertzale]. Nous espérons faire prospérer des mesures de confiance, comme celle consistant à réviser le fonctionnement de la loi antiterroriste actuelle, au vu de la nouvelle donne politique, ainsi que le fait de développer la promotion d'une culture de tolérance politique et de participation démocratique.»

Révision de la loi pénitentiaire

Une autre mesure nécessaire serait, selon leur opinion, «l'adaptation de la politique pénitentiaire à la nouvelle situation politique». Pour cela, le GIC propose des mesures pénitentiaires qui seraient dans un premier temps le transfert des prisonniers près de leurs familles, et la mise en liberté de ceux et celles qui souffrent de problèmes de santé. Nuala O'Loan a par ailleurs souligné que «s'il était sollicité, le groupe était disposé à encourager et à assister les partis politiques dans l'élaboration d'un agenda, afin de mener un dialogue politique. Nous pourrons aider aux conversations et négociations, sans conditions préalables, en se basant sur les principes Mitchell [méthode de résolution de conflit], afin d'obtenir un accord de paix inclusif. Nous souhaitons faciliter la médiation face aux situations de blocages qui pourraient se produire. Nous aimerions assister à l'avènement de la paix et de la normalisation politique en Pays Basque. L'absence de violence est cruciale pour que le processus de paix soit couronné de succès». Par ailleurs, Brian Currin a annoncé la création d'une page Web : http://icgbasque.org, qui recueillera tous les documents en relation avec le processus de paix.

Rejet du gouvernement basque

La porte-parole du gouvernement basque, Idoia Mendia, a riposté en déclarant que celui-ci «n'acceptera aucune demande de réunion émanant du Groupe international de contact», estimant qu'«il n'apporte aucune valeur ajoutée. La société basque et les partis politiques sont suffisamment mûrs pour décider du futur de leur pays à travers le dialogue et les accords nécessaires».

J. Eguiguren pour la légalisation

Le président du PSE (Parti socialiste d'Euskadi), Jesus Eguiguren, a pour sa part déclaré lors d'une interview à EITB qu'il souhaitait que les tribunaux légalisent Sortu : «Ce nouveau parti répond à toutes les exigences que l'on avait imposées à Batasuna pour les légaliser. On ne peut pas en imposer de nouvelles. Je demande au gouvernement basque de ne pas rester les bras croisés, le gouvernement a les moyens de vérifier que la proposition de Sortu est sérieuse. Dans un deuxième temps, nous devrons semer les germes de la réconciliation et parler des prisonniers», a lancé Jesus Eguiguren.

Autre voix similaire, celle de Gemma Zabaleta (PSE), chargée des Affaires sociales au sein du gouvernement basque, qui a déclaré être favorable à la participation de Sortu aux prochaines élections municipales et forales qui auront lieu le 22 mai prochain.

inprimatu