RSS
Index > Edition papier > Culture

Culture

Clap de début pour la 24e édition du Fipa à Biarritz

p011_ph01_cul.jpg

25/01/2011

C.L.

Hier midi, c'était le clap de début de la 24e édition Festival international de programmes audiovisuels (Fipa) avec la présentation du jury. Avec Boardwalk Empire, la nouvelle série de la chaîne états-unienne HBO, créée par Terence Winter (ancien scénariste et producteur des Soprano) et réalisée par Martin Scorsese, la soirée d'ouverture a, comme à son habitude, connu un succès à la hauteur de l'événement. Aujourd'hui et durant encore six jours, l'aventure visuelle continue pour le plus grand plaisir des amateurs du Fipa.

Adapté du roman de Nelson Johnson, L'empire de Boardwalk : la naissance, l'apogée et la corruption d'Atlantic City, la série télévisée états-unienne était très attendue hier soir à Biarritz. Il faut dire qu'avec ce projet, le réalisateur des Affranchis transpose son premier amour, la mafia, à la télévision. Pari plus que réussi du réalisateur qui convie le spectateur dans la vie de Nucky Johnson (interprété par Steve Buscemi), homme d'affaires des années 1920, lancé dans la vente d'alcool pendant la Prohibition. Une excellente soirée qui augure d'une excellente semaine.

Pour les spectateurs qui n'auraient pas encore jeté un oeil du côté du Fipa (en existe-t-il encore ?), cinq autres catégories se conjuguent à cette catégorie série et feuilletons qui a inauguré cette 24e édition : fictions, documentaires de création et essais, grands reportages et faits de société, musique et spectacles. Une offre qui satisfera un public hétérogène puisqu'«une moyenne de 21 propositions par jour, issues de 34 pays» sont au programme comme l'a souligné Teresa Cavina, déléguée générale du Fipa. Au total, 68 films sont en compétition cette année.

Parmi les propositions d'aujourd'hui (outre les propositions ci-dessous), on remarque, entre autre, Sergej in der Urne, un documentaire sur Sergueï Tschachotin, scientifique de renom, ami de Pavlov et d'Einstein, révolutionnaire et pacifiste. Le documentaire en compétition dans la catégorie documentaire et fictions sera présenté pour la première fois aujourd'hui, à 14 heures, à l'auditorium le Bellevue. Le documentaire sera de nouveau projeté le mercredi 26 janvier, à 11 heures (Rhune I, Le Bellevue).

Hier midi, les organisateurs du Fipa ont présenté les membres du jury comprenant notamment la comédienne française Marushka Detmers, le comédien Samuel Labarthe, le producteur japonais Masamichi Sawada ou encore la comédienne canadienne Alexandra Stewart. Cette année, la productrice et réalisatrice Marion Hänsel (Belgique) est présidente du jury. Les Fipa d'or seront remis samedi prochain.

Le programme et les informations pratiques sur le festival fipa sont consultables sur le site www.fipa.tm.fr ou par téléphone au 05 59 22 65 23.

PROGRAMME
Mardi 25 janvier

 

12h00 : Rafah - Chroniques d'une ville dans la bande de Gaza (Etat français). Rafah est le portrait intime d'une ville palestinienne, saisi à vif tout au long d'une année de bouleversements (12 septembre 2005-12 septembre 2006). Rafah est située tout au sud de la bande de Gaza. Son destin bascule dans la nuit du 12 septembre 2005, quand l'armée israélienne se retire de toutes ses positions de la bande de Gaza. Les Israéliens ont évacué la route Philadelphie et les colonies qui cernaient la ville ont disparu. Une nouvelle ère peut commencer. Mais Rafah ne sortira jamais de son chaos. A la médiathèque.

13h45 : Planète à vendre (Etat français). Les crises alimentaire et financière qui ont secoué le monde ont eu un effet méconnu du public. Elles ont provoqué une course pour la mainmise sur les terres cultivables. Ce film tourné sur trois continents, raconte une seule et même histoire : celle du grand Monopoly en cours, et de ses conséquences si rien n'est fait pour protéger les intérêts des petits paysans et des pays en développement. A Gamaritz (Gare du Midi).

15h45 : Crisis (Grèce). Crisis nous montre la Grèce moderne, à travers le regard d'une jeune Athénienne qui lutte jour après jour pour subsister. Son histoire commence en 2008, lorsque la jeunesse grecque descend dans la rue pour manifester son mécontentement. Une histoire de frustration, de jeunesse sans avenir. Et surtout, une histoire dont l'issue reste incertaine. A Gamaritz (Gare du Midi). Nouvelle projection le mercredi 26 janvier - 13h30 - Rhune 1 (Le Bellevue).

18h00 : Complexo «Universo Paralelo» (Portugal). Grands reportages et faits de société. Deux jeunes Portugais se sont aventurés dans «Complexo do alemão», la favela la plus dangereuse de Rio, pendant la plus grande opération de police jamais réalisée par l'Etat de Rio de Janeiro. Ils ont vécu à la première personne les tensions et se sont souvent endormis et réveillés avec comme bruit de fond, le bruit des coups de feu. Pendant cette période, ils ont mené la même vie que les habitants de cette favela. A Gamaritz (Gare du Midi). Rediffusion le mercredi 26 janvier - 14h30 - Gamaritz (Gare du Midi).

20h00 : Les Beaux Mecs (Etat français, 2010). Tout commence en 2010 par l'évasion de Tony Roucas dit Tony le Dingue, grand truand condamné «longue peine» et de Kenz, 20 ans, issu des mafias des cités. Ils vont devoir faire route ensemble, leur cavale mêlant deux générations, deux méthodes. Cette cavale sera l'occasion pour Tony de confondre ceux qui l'ont fait tomber : flics et truands. De remonter le fil des trahisons et de parvenir enfin à comprendre comment il a pu perdre la femme de sa vie. Les épisodes 1 et 2 seront projetés au Fipa. Au Théâtre (Casino Municipal). Rediffusion le samedi 29 janvier - 11h00 - Rhune 1 (Le Bellevue).

Mercredi 26 janvier

 

 

13h30 : A er dang an. Documentaire de créations et essais. Les Qiang, l'un des plus anciens groupes ethniques chinois, vivent dans la province du Sichuan. Cette ethnie ne possède plus de langue propre et utilise les caractères chinois. Le village Aer, à l'est du plateau du Sichuan, construit il y a plus de mille ans, se situe dans un endroit reculé. Ses habitants croient en la nature, aux ancêtres et aux pierres blanches. La personne la plus importante est le sorcier, lien entre les dieux, les fantômes et les hommes. A l'auditorium (Le Bellevue). Nouvelle projection le jeudi 27 janvier - 18h00 - Rhune 1 (Le Bellevue).

inprimatu