RSS
Index > Edition papier > Pays Basque

Pays Basque

"L'affaire" Aurore Martin trouve un écho international

p006_ph01.jpg

23/12/2010

F.O.

Hier, le parquet de Pau a émis un mandat d'arrêt à l'encontre d'Aurore Martin. Un mandat provisoire pour non-respect des conditions de liberté provisoire, selon ce qu'a indiqué le ministère français de la Justice. Lundi, la militante de Batasuna avait annoncé son intention de ne plus honorer son contrôle judiciaire et de ne plus se montrer publiquement. Dans le cas où elle serait arrêtée, la militante de Batasuna sera livrée aux autorités espagnoles dans un délai de dix jours où elle encourt une peine de douze ans d'emprisonnement pour avoir participé à une conférence de presse à Iruñea, un meeting dans la même ville et une réunion en Araba.

Il y a plus d'un mois, le 16 novembre dernier, le tribunal de Pau avait décidé de sa mise en liberté provisoire alors qu'elle venait d'être incarcérée à Seysses durant une semaine. Une décision d'incarcération qui avait surpris son avocate Amaia Rekarte qui obtint finalement sa libération sous contrôle judiciaire, arguant du fait qu'elle avait toujours respecté chacune de ses convocations.

La jeune femme devait quotidiennement se rendre à la gendarmerie de Saint-Jean-Pied-de-Port. Ce qu'elle a décidé de ne plus respecter dans son courrier adressé à la rédaction du JPB lundi (cf. édition de mercredi) ne disposant plus d'aucun recours que de «se cacher».

Cette lettre a suscité un vif émoi. Un simple clic sur Internet en dit long sur l'intérêt que suscite cette affaire. Google actualités répertorie près de quatre-vingt-dix papiers différents en date du 21 et 22 décembre pour la seule presse française. Même le magazine féminin français Elle publie hier sur sa page Web «Recherchée en Espagne, Aurore Martin prend le maquis» et s'intéresse à la justification de cette décision d'extradition pour un motif pourtant non répréhensible sur le territoire français. De son côté, le quotidien Libération revient sur la décision de la Cour de cassation et le revirement de jurisprudence qu'elle constitue. Mais on compte également Le Monde, Le Figaro, Le Nouvel Observateur, Le Parisien ou encore les sites Rue89 et Agoravox. La presse internationale, portugaise ou canadienne entre autres, répercute également l'information.

La mobilisation sur le terrain se poursuit aussi. Un rassemblement a eu lieu hier place de la Liberté à Bayonne réunissant plusieurs dizaines de personnes. Alors qu'elles tentaient de s'approcher de la sous-préfecture, elles ont été accueillies par une dizaine de cars de CRS.

Les appels à soutien s'intensifient

Le calendrier de protestations en solidarité à Aurore Martin et en faveur des droits civils et politiques ne cesse de se remplir pour les prochains jours.

Aujourd'hui est prévu à 17 heures un rassemblement devant l'entrée 1 du centre commercial Bab2 à Anglet.

Demain, des rassemblements auront lieu à Mauléon à 18 heures, et à Bayonne à 17 heures devant la mairie. Ce même jour, des tracts seront distribués à Ustaritz à 10 heures pour informer la population locale présente au marché et devant l'enceinte du supermarché Super U.

Dimanche à 16 heures, un appel à la mobilisation a été lancé place Clémenceau, à Biarritz.

Lundi, des mobilisations auront lieu à 18h30 à Ustaritz et à 18 heures au rond-point de Géant, à Anglet.

inprimatu