RSS
Hasiera > Paperezkoa > Pays Basque

Pays Basque

Mobilisation : l'intersyndicale du Pays Basque n'a pas l'intention de battre en retraite

05/11/2010

Pierre MAILHARIN

Même lieu, même heure. Hier, l'intersyndicale du Pays Basque (CGT, CFDT, FO, Unsa, Solidaires, CGC, CFTC, FSU) et l'organisation Lab ont appelé les salariés locaux à une huitième journée de mobilisation contre la réforme des retraites, samedi 6 novembre à Bayonne, dont le départ a été comme d'habitude fixé à 10h30, place Sainte-Ursule.

Malgré l'adoption de la loi par le Parlement, et sa promulgation quasi certaine par Nicolas Sarkozy - en cas d'aval par le Conseil constitutionnel - le combat continue donc pour les syndicats. «Derrière la promulgation, il y a encore les décrets d'application, rappelle d'abord Michel Larralde de la CFDT. De toute façon, il faut maintenir le rapport de force et la pression actuels, car c'est bientôt la Sécu qui va être touchée. Pour nous le problème est global. Nous demandons que la question de l'emploi des jeunes et des seniors soit mise sur la table». De son côté, la CGT, par la voix d'Alain Duzert, demande toujours «l'abrogation» pure et simple de la loi.

Reste à savoir si les salariés répondront à nouveau présents demain, alors que le mouvement a connu une décrue lors du dernier rassemblement : «Malgré les vacances scolaires, la mobilisation a été forte», réfute Michel Larralde. Alain Duzert estime quant à lui que «même si les gens ont eu besoin d'un temps de pause, les organisations syndicales ont gagné la bataille des idées : les salariés sont motivés, ils sont certes un peu juste financièrement, mais sont prêts à en découdre à nouveau».

Dépasser les 10 000

La crédibilité de la stratégie sera de toute façon testée lors de ce rendez-vous social. «Dépasser les 10 000 personnes, ce serait bien pour un samedi», avance prudemment Alain Duzert.

Le cas échéant, quelle forme prendra la suite de la contestation ? La CGT a d'ores et déjà annoncé sa volonté de poursuivre la bataille en organisant une à deux autres journées d'action d'ici fin novembre, autant de «temps forts avant le Père Noël, pour qu'il nous amène des cadeaux», dixit Alain Duzert.

La CFDT, elle, attendait hier la décision de ses instances hexagonales avant de se prononcer, martelant cependant qu'elle faisait aujourd'hui corps avec l'intersyndicale.

Une militante CGT agressée

Alors qu'elle distribuait des tracts au rond-point de la Négresse, une militante de la CGT aurait été agressée par un automobiliste hier. «Elle a tendu le papier à la personne qui l'a insultée et l'a tirée à la portière, lui provoquant un hématome à la main», nous a expliqué Alain Duzert. Après s'être fait soigner à la clinique Aguilera, la militante s'est rendue au commissariat de Biarritz pour porter plainte.

inprimatu