RSS
Hasiera > Paperezkoa > Pays Basque

Pays Basque

L'anthropologue Pierre Bidart est mort

21/09/2010

Cyrielle BALERDI

Dans la nuit de jeudi à vendredi dernier, l'universitaire de renom Pierre Bidart a été retrouvé mort par deux de ses collègues à Sofia, en Bulgarie, où il venait d'entamer une mission de deux ans comme conseiller culturel et scientifique auprès de l'ambassade France. Son corps devrait être rappatrié jeudi en direction de Saint-Etienne-de-Baigorry, sa ville natale, où l'attendent sa compagne et ses proches.

«Les circonstances de sa mort n'ont pas encore été déterminées, mais il avait des problèmes cardiaques» confie Jean Haritschelhar, lui aussi natif de Baigorry, et qui a participé à la création du Comité Izpegi -comprenant une maison d'édition, un point information jeunesse et le Centre permanent d'initiative pour l'environnement (CPIE) Pays basque- impulsé par Pierre Bidart.

Chercheur et professeur

De 24 ans son ainé, Jean a bien connu ses parents, et sa famille. Il n'a d'ailleurs rien lâché, ou presque, de sa carrière : «Je l'ai suivi dès ses débuts, lorsqu'il a commencé ses études qui l'ont mené jusqu'au doctorat. Peu à peu, il élargissait son domaine de compétence en passant de la sociologie, à l'ethnologie, puis à l'anthropologie. Nous avons eu en ce sens, la même ambition personnelle `saine' avec le désir d'accéder à quelque chose de `supérieur'».

A la fin de ses études, il passa par la prestigieuse Casa Vellazquez de Madrid, puis officia comme Maître de conférence à l'Université des Pau et pays de l'Adour, avant de passer professeur à Bordeaux 2. Artisan de l'Europe des Peuples, spécialiste des comportements humains liés à un contexte sociologique, historique et géographique, professeur associé à l'université de Bucarest, membre nommé par la ministre des Universités au conseil scientifique de la Casa de Velazquez, l'enseignant chercheur a marqué par ses nombreuses publications, sur les sociétés d'Europe de l'est (pré et postcommunistes) mais aussi sur la société et la culture basque. «Il a énormément produit. Et même s'il avait des opinions qui n'étaient pas les miennes, il est toujours resté très attaché à ses terres et a servi le Pays Basque au travers du Comité Izpegi. Les éditions ont notamment permis la publication d'études de Jean Baptiste Orpustan, où des travaux sur l'industire minière de Banca qui ont constitué un apport important à l'histoire de la Vallée de Baigorry. Même arrivé à Sofia, il a tenu à rassurer ses collègues dans une lettre, où il indiquait qu'Internet était là pour neutraliser les distances.»

Des positions décriées

Pierre Bidart s'est fait un nom à travers de multiples publications telles «La singularité basque», «Pays aquitains, généalogie et usages»... Mais le chercheur s'était aussi fait politique. Ancien candidat du Parti socialiste aux cantonales, ses positions souvent tranchées et a contre-sens du mouvement abertzale, lui valaient de nombreux détracteurs. Le 6 août dernier, il publiait une tribune au Journal de St-Palais le 6 août dernier pour faire la leçon sur la «crise» en cours à la Communauté des communes de Garazi-Baigorri.

Enfin, depuis 2006, le Baigorriar organisait ici l'Université européenne et internationale d'été en anthropologie : Udako antropologia unibertsitatea.

inprimatu