RSS
Hasiera > Paperezkoa > Culture

Culture

Cinquante ans de Musique en Côte Basque

p011_ph01_cul.jpg

27/08/2010

Clémence LABROUCHE

Créé en 1960 pour commémorer le tricentenaire du mariage de Louis XIV avec l'Infante d'Espagne en l'église de Saint-Jean-de-Luz, le festival Musique en Côte Basque célèbre cette année son 50ème anniversaire. Du 29 août au 10 septembre, onze concerts de musique classique sont programmés sur la côte Basque. Placé sous le parrainage du grand pianiste Aldo Ciccolini, cette édition nécessairement spéciale sera aussi l'opportunité de rendre hommage aux fondateurs du festival.

C'est sous la houlette de Pierre Larramendy, alors maire de Saint-Jean-de-Luz et du cofondateur Pierre Oyhampé que le Festival Musique en Côte Basque a pu s'ancrer dans le paysage culturel local au fur et à mesure des années. S'appuyant sur des soutiens indéfectibles tels Antonio Uria, le peintre du festival ou encore Jean Darnel, «inusable artisan» (qui célèbre lui aussi ses 50 ans de direction artistique), le Festival va amarrer sur les communes de la côte de Saint-Jean-de-Luz, Ciboure, Bayonne, Anglet et Biarritz, en passant par Urrugne et Ascain.

Les cadeaux du parrain

«Artistes de renommées mondiales ou jeunes talents prometteurs», tous seront au festival, assurent les organisateurs. Considéré comme l'un des plus grands pianistes contemporains, Aldo Ciccolini qui a reçu cette année le «Prix du Président de la République» de l'Académie Charles Cros honorera ainsi le festival de deux concerts. Le mercredi 1er septembre, il offrira au public luzien un récital de piano, avant de se rendre dans la cité biarrote le mercredi 8 septembre où il retrouvera son ancien élève Nicholas Angelich pour un concert à deux pianos.

Partenaire de Musique en Côte Basque depuis plus de 40 ans, l'Orchestre National Bordeaux Aquitaine sera également présent à deux reprises, sous la direction du Maestro Roberto Benzi. Le vendredi 3 septembre, il jouera avec la  mezzo-soprano Béatrice Uria Monzon, avant d'accompagner le vendredi 10 septembre les choeurs Orfeon Donostiarra pour interpréter la IXème symphonie de Beethoven.

Auparavant, le festival aura débuté le dimanche 29 août (à 10h30) avec une messe authentiquement basque, écrite par l'organiste Juan Urteaga. Comme un signe précurseur d'une «mini-révolution» dans le paysage culturel basque, cette messe des Corsaires (créée pour le festival 1968) ouvrira de façon traditionnelle Musique en Côte Basque à Saint-Jean-de-Luz. Restant toujours dans le «local», le lundi 30 août (à 11h15), ce sera au natif de Biarritz, Raphael Tambyeff, Professeur au Conservatoire International de Musique de Paris, de proposer aux mélomanes une offrande dans la cité luzienne.

Un grand espoir italien

Un changement de rythme est annoncé le mardi 31 août (à 21 heures), en l'église d'Urrugne avec le récital de piano de Gabriele Carcano. Jeune pianiste virtuose italien de 24 ans, élève d'Aldo Ciccolini, a été récompensé par le Prix Casela à Venise en 2004 et jugé par les critiques italiens et étrangers comme un grand «espoir» de la musique italienne.

Immanquable aussi sera le concert du jeudi 2 septembre prévu en l'église d'Ascain. Le Quatuor Prazàk, quatuor à cordes tchèque parmi les plus célèbres du monde (notamment Grand Prix International du Disque et Diapason d'Or) sera à l'oeuvre. 

Tarifs des concerts : de 19 à 50 euros. Les «offrandes musicales» des lundi 30 et mardi 31 août à Saint-Jean de-Luz sont en accès libre et gratuit. Réservations au 05 59 26 03 16 ou auprès des Offices de Tourisme de la Côte. Renseignements supplémentaires sur www.musiquecotebasque.fr.

inprimatu