RSS
Hasiera > Paperezkoa > Pays Basque

Pays Basque

Passez "Un été à la Carte"... postale ?

p005_01_80476.jpg

30/06/2010

Cyrielle BALERDI

«Pour une fois, on a fait confiance aux antennes régionales à une heure de grande écoute !» se réjouissait-on hier après-midi chez France 3 Aquitaine, alors en plein tournage au port vieux de Biarritz pour leur nouvelle émission hebdomadaire de découverte et de détente de 26 minutes, «Un été à la carte, votre guide de l'été». Le principe est simple : du 3 juillet au 4 septembre chaque samedi à 20 h 10, neuf émissions itinérantes seront proposées simultanément sur les 24 antennes de proximité de France 3. L'occasion pour l'Aquitaine et le Poitou-Charente de s'exprimer pleinement, loin des contraintes de la hiérarchie, pour «mettre en lumière les richesses touristiques de notre région». Quoi de plus original donc, que le choix de Biarritz comme emblème du Pays Basque ?

«Pour moi, Biarritz, comme l'ensemble de la côte, ça n'est pas vraiment le Pays Basque, ou peut-être seulement par petits bouts» explique la chanteuse Diane Tell, chargée de faire découvrir à travers ses ballades et ses bons plans, le patrimoine et les spécificités de la côte biarrote. Un paradoxe, qui met en lumière la surprise de voir l'image du Pays Basque sans cesse réduite à la répétition de quelques clichés «phare» de Biarritz. Alors pourquoi choisir de les reprendre?

«Parce qu'il y a un théâtre télévisuel incroyable. C'est la force de l'image qui s'impose» rappelle Eric Perrin, l'animateur, avant de poursuivre : «Le but était de s'afficher sur les principaux sites de la côte Atlantique, avec des spots connus des vacanciers et qui possèdent au moins quatre ou cinq lieux porteurs d'ambiances différentes. Il fallait aussi trouver un couple `personnalité-ville' pour chaque endroit. Forcément, ça limite.»

Résidant depuis 1988 dans un pays qu'elle a appris à redécouvrir par le biais de son mariage avec Pierre Arosteguy, Diane Tell, originaire du Québec, n'en avait jamais entendu parler avant d'y poser ses valises «par hasard» parce qu'elle voulait «absolument quitter Paris». Depuis, elle s'est forgée l'image d'une culture «très forte, basée sur une langue, des chants, un art de vivre et une manière bien particulière d'agencer ses villages». Pour autant le choix de Biarritz ne la surprend pas : «Quand on parle de moi, il n'y a qu'une chanson qui existe pour les gens : `Si j'étais un homme'. Peu importe ce que je ferais derrière, c'est la seule que l'on entendra après ma mort. C'est la même chose pour Biarritz. Même si ça n'est pas l'essentiel, c'est un emblème, un repère.» Pour sortir un peu des sentiers battus, l'émission présentera l'intérieur des petites «crampotes», ces maisonnettes à l'origine destinées au matériel de pêcheurs, nichées le long du port vieux.

Deux reportages contenant des infos pratiques et des idées de découverte seront également diffusés pour chaque lieu. Après Capbreton, Hossegor et Biarritz, le tournage se poursuivra en juillet avec Bernard Montiel, Francoise Laborde ou encore Thierry Marx, au Pyla sur mer, au Cap-Ferret, et dans le Médoc ; avant de rejoindre en août les bords de la Charente-Maritime.

inprimatu