RSS
Index > Edition papier > L'opinion

L'opinion

Accord tripartite pour la création de la LGV du Sud-Ouest de l'Europe

10/06/2010

A l'occasion de la Conférence sur les Réseaux Transeuropéens de Transport (RTE-T) qui s'est tenue les 8 et 9 juin à Saragosse, Dominique Bussereau, secrétaire d'Etat chargé des Transports, Jose Lopez Blanco, ministre espagnol du Développement et Antonio Mendoça, ministre portugais des Transports, ont signé une déclaration d'intention sur le projet prioritaire européen n° 3 (ou PP3), nommé «Axe à grande vitesse du Sud-Ouest de l'Europe».

Cet accord permettra de coordonner plus efficacement à l'avenir l'ensemble des différentes sections de la ligne à Grande Vitesse du Sud Ouest de l'Europe, notamment les sections transfrontalières. En effet, le «PP3» de l'Union européenne relève plus de la notion de corridor ferroviaire que d'un projet de ligne à grande vitesse classique et homogène, (...). De fait, l'axe à grande vitesse du Sud-Ouest de l'Europe, se compose non seulement de différents projets nationaux mais il mêle également ligne existantes et lignes en projet. Ainsi, sur sa branche Atlantique, le PP3 englobe les lignes à grande vitesse Tours-Angoulême-Bordeaux, Bordeaux-Dax et Dax-Vitoria/Bilbao. (...)

Pour réaliser cet immense puzzle, le coordonnateur européen du projet, Carlo Secchi(...)»sera associé à toutes les discussions bilatérales», (...) Dans son rapport remis en août 2009, le prédécesseur de M.Secchi, le Français Etienne Davignon, pointait les obstacles à lever pour faire avancer ce projet qui a accumulé nombre de retards. «L'absence de modèle d'exploitation commun des nouvelles infrastructures pourrait ainsi nuire au succès de ces dernières, voire retarder inutilement leur réalisation. Cet inconvénient peut être évité en ne se limitant pas à examiner uniquement ces seules nouvelles infrastructures, mais en prenant en compte également les synergies/complémentarités entre ces dernières et les autres infrastructures existantes (...). Dans ce contexte, je crois fermement, que la valeur ajoutée du coordonnateur sera maximisée s'il peut développer (...) une approche globale qui inclut à la fois la nouvelle infrastructure, mais aussi l'infrastructure existante «.

(...) Enfin, avec la crise, nul besoin de souligner qu'il devient impératif de trouver de l'argent au-delà des seules ressources budgétaires des Etats concernés. Là encore, l'accord tripartite annoncé mercredi «souligne l'importance d'un financement européen ...» (...)

inprimatu