RSS

Pays Basque découverte Lejpb-rekin batera

Ostegunero
Ljpb-rekin

Hasiera > Paperezkoa > Pays Basque

Pays Basque

Mandat d'arrêt européen : appel à la mobilisation

p005_ph01.jpg

25/05/2010

Giuliano CAVATERRA

Après la notification d'un mandat d'arrêt européen (MAE) à l'encontre de la souletine Aurore Martin, partis politiques et syndicats ont tenu une conférence de presse samedi pour alerter sur ce cas.

Les partis abertzale AB, EA et Batasuna les syndicats Lab et Sud ainsi que le syndicat agricole ELB, la section du NPA d'Anglet, le collectif Autonomia Eraiki et les associations CDDHPB et Anai Artea ont appelé à se rassembler aujourd'hui à 10 heures devant le tribunal de Pau où doit être examiné le MAE.

Aurore Martin avait été interpellée et placée en garde à vue pour une ancienne affaire de refus de prélèvement d'ADN lors d'une autre garde à vue. Les gendarmes se sont alors «aperçus» qu'existait un mandat d'arrêt européen à l'encontre de la jeune femme, délivré par le juge espagnol Baltasar Garzon en juillet 2009.

Suite à l'arrestation d'un grand nombre de membres de la gauche abertzale comme faisant partie de la direction de Batasuna (parti politique interdit dans l'etat espagnol) des militants de ce parti au Pays Basque Nord, dont A. Martin, avaient été convoqués à l'audience nationale de Madrid. Trois d'entre eux avaient refusé de se rendre à Madrid et le juge Garzon avait le 14 juillet dernier lancé des MAE à leur encontre.

«Délit politique»

Pour Askatasuna l'acceptation du MAE à l'encontre d'A. Martin serait un premier pas en vue de «l'illégalisation de mouvements» sur le territoire français. Pour Anai Artea «Nous ne pouvons laisser faire car ce serait la porte ouverte à des poursuites de la justice espagnole contre des militants du Pays Basque Nord». Pour X. Larralde de Batasuna, on leur impute un «délit politique» puisqu'on leur reproche «des réunions, des conférences de presse et l'organisation de manifestations.» Pour le NPA depuis 2001 l'union Européenne a pris des mesures antidémocratiques sous couvert d'anti-terrorisme et le parti demande «le rétablissement des libertés collectives et individuelles.»

inprimatu