RSS

Pays Basque découverte Lejpb-rekin batera

Ostegunero
Ljpb-rekin

Hasiera > Paperezkoa > France-International

France-International

USA et Chine lancent leur dialogue annuel ŕ Pékin

p007_ph01.jpg

25/05/2010

Le «Dialogue stratégique et économique» sino-américain, un tour d'horizon politique et économique entre les deux pays, a débuté hier sur fond de crise dans la péninsule coréenne dans laquelle les Etats-Unis recherchent activement le soutien de Pékin.

Cette rencontre annuelle n'est que la deuxième depuis que les discussions économiques ont été élargies à la politique par l'administration Obama. Elle doit permettre avant tout d'aborder la relation économique entre la 1e et la 3e économie mondiale et d'aplanir les différends.

Devenues inséparables

«Nos économies sont devenues inséparables», a déclaré le vice-Premier ministre Wang Qishan.

Face à la crise, la Chine et les Etats-Unis doivent profiter de leur rencontre pour «bien évaluer la situation et coordonner leurs politiques, afin que nous puissions maintenir l'élan de la reprise dans nos deux pays», a-t-il ajouté, jugeant nécessaire de promouvoir «une croissance équilibrée de l'économie mondiale».

«Nos deux pays ont largement bénéficié de l'ouverture du commerce et des investissements», a déclaré de son côté le secrétaire américain au Trésor Timothy Geithner, appelant toutefois à «un système de commerce mondial plus ouvert (...) dans lequel les pays peuvent se livrer une concurrence à armes égales».

Pour le seul côté américain, 200 délégués sont présents, «le plus grand nombre de responsables gouvernementaux à se rendre à une rencontre (...) dans le monde», a souligné la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton.

Les pommes de discorde

«Nous ne serons pas d'accord sur toutes les questions, mais nous en parlerons ouvertement», a promis Mme Clinton, évoquant notamment les droits de l'Homme.

Dimanche, Mme Clinton avait plaidé la nécessité d'un accès équitable des entreprises aux marchés, l'une des pommes de discorde entre Washington et Pékin.

Washington critique aussi le maintien d'un taux de change rigide entre le yuan et le dollar depuis l'été 2008.

Mais hier le président chinois Hu Jintao a réitéré la volonté de Pékin de poursuivre la réforme de son taux de change, sans toutefois fixer de calendrier.

L'énergie et le climat devraient aussi être âprement débattus, à mi-chemin du fiasco de la conférence climat de Copenhague et de celle attendue à Mexico.

La crise sud-coréenne

Côté stratégique, la crise provoquée par le naufrage d'une corvette sud-coréenne en mars s'est invitée aux entretiens.

Les Etats-Unis «travaillent dur pour éviter une escalade», a dit Mme Clinton, et «nous devons travailler ensemble pour répondre à ce défi», a-t-elle ajouté alors que la Corée du Sud venait d'annoncer qu'elle allait demander des sanctions contre Pyongyang au Conseil de sécurité de l'ONU.

La Chine, «très préoccupée», s'est contentée de rappeler ses déclarations de la semaine dernière espérant «que les parties maintiendront le calme et la retenue».

inprimatu