RSS

Pays Basque découverte Lejpb-rekin batera

Ostegunero
Ljpb-rekin

Sports

La rivalité continue entre Pasaban et Oh Eun Sun

p009_ph01.jpg

18/05/2010

M.D.

Hier matin à 11 h 30 heure locale Edurne Pasaban (36 ans) en a terminé de son pari fou en arrivant tout en haut de son 14e sommet de la planète de plus de 8 000 m, le Shisha Pangma (8 027 m) situé au Tibet. L'exploit est grand, mais l'alpiniste basque est «seulement» la deuxième femme à accomplir cette prouesse. Oh Eun-Sun, l'alpiniste sud-coréenne devance en effet la basque depuis fin avril et son arrivée en haut de l'Annapurna (8 091), quatorzième sommet de sa course aux 8 000. L'histoire ne s'arrête pas là pour autant, car Edurne Pasaban pourrait bien gagner une place sur ce podium et déloger Oh Eun-Sun. L'exploit de la Sud-Coréenne est en effet contesté par des spécialistes de l'alpinisme comme l'Américaine Elizabeth Hawley.

Le premier homme à avoir conquis les quatorze sommets répertoriés de plus de 8 000 mètres fut l'Italien Reinhold Messner en 1986, mais qui est donc la première femme à avoir réussi la même performance : Oh Eun-Sun ou Edurne Pasaban ? La polémique sur l'exploit réalisé par la Sud-Coréenne date de mai 2009. L'alpiniste affirme avoir à cette époque atteint le sommet du Kanchenjunga (8,586 m), 3e plus haute cime de la planète. Mais Oh Eun-Sun, 44 ans, est soupçonnée par certains experts et notamment par sa rivale, Edurne Pasaban, de ne pas avoir vraiment atteint le Kanchenjunga. «Je suis vraiment triste qu'on en soit arrivé là», avait déclaré l'alpiniste au retour de sa dernière ascension, l'Annapurna, le 27 avril. «Je dispose de films vidéo pris par la Korean Broadcasting Services avec lesquels je peux prouver mon ascension du Kanchenjunga».

«Selon Pasaban, certains sherpas ont dit que je n'avais pas réussi l'ascension du Kanchenjunga. Mais aucun nom de sherpas n'a été cité. Pourquoi ?». Une photo fournie par Oh Eun-Sun la montre debout sur un rocher dénudé sur le Kanchenjunga, mais les photos de l'équipe de Pasaban, qui était sur place au même moment, montrent qu'il y avait de la neige.

Edurne Pasaban avait déclaré «avoir des doutes depuis un an» sur sa rivale sud-coréenne. «Le doute est venu lorsqu'elle a présenté des photos» de son ascension, a expliqué Pasaban avant son ascension du Shisha Pangma. «La confirmation est venue cette année lorsqu'au camp de base de l'Annapurna, j'ai rencontré ses sherpas qui m'ont confirmé qu'ils n'étaient pas arrivés jusqu'au sommet.»

Mais son ascension du Kanchenjunga, et par conséquent sa réussite du grand chelem, est également contestée, selon Elizabeth Hawley, considérée comme une référence fiable en matière d'alpinisme dans l'Himalaya. «J'ai rencontré Oh Eun-Sun et elle m'a dit qu'elle avait des films vidéo prouvant son ascension du Kanchenjunga et qu'elle m'enverrait quelques photos», a ajouté Elizabeth Hawley, qui gère à Katmandou une base de données recensant les exploits des alpinistes dans l'Himalaya. A ce jour Elizabeth Hawley n'a apparemment toujours rien reçu de la part de la Sud-Coréenne.

La presse sportive espagnole a également choisi son camp. Les deux quotidiens sportifs madrilènes, AS et Marca, mettaient en avant le témoignage d'un alpiniste norvégien, Jon Gangdal, affirmant que la Sud-Coréenne n'avait pas atteint le sommet du Kachenjunga. «A mon avis, elle est redescendue alors qu'elle était à 50 ou 100 m de la cime», a déclaré à Marca Jon Gangdal qui se trouvait sur la montagne à l'époque. Il s'est dit prêt à témoigner à Katmandou sur cette «polémique», selon AS.

Manu Rivaud, alpiniste et journaliste français, fait également partie de ceux qui mettent en doute l'exploit de la Sud-Coréenne. Mais contrairement à Elizabeth Hawley, Manu Rivaud ne conteste pas l'ascension du Kanchenjunga ou il estime qu'«il n'y a pas à polémiquer», mais celle d'autres sommets de plus de 8 000 mètres. «On peut lui demander de nous fournir des preuves tangibles qu'elle a bien atteint ces sommets : une photo, des témoignages», a suggéré Manu Rivaud, qui a publié en janvier une enquête sur cette course au record dans le mensuel grenoblois Montagnes Magazine. Le journaliste, alpiniste depuis 10 ans, a indiqué avoir «des doutes» sur les ascensions de l'Everest (8,848 m), du Cho Oyu (8,201 m), du Lhotse (8,516 m) et du Broad Peak (8,047 m) revendiquées par la Sud-Coréenne, dans sa quête des quatorze plus hauts sommets du monde. Pour chacune de ces expéditions, Oh Eun-Sun, 44 ans, a expliqué au journaliste être montée seule au sommet depuis le dernier camp. Elle dit notamment avoir gravi l'Everest sans «aucun autre grimpeur» le 20 mai 2004, «période de l'année traditionnellement la plus propice aux ascensions.»

Les 14 d’Edurne Pasaban
Everest (8,848 m) : 21 mai 2001. Makalu (8,463 m) : 16 mai 2002. Cho-Oyu (8,201 m) : 5 octobre 2002. Lhotse (8,516 m) : 26 mai 2003. Gasherbrum II (8,035 m) : 19 juillet 2003. K2 (8,611 m) : 26 juillet 2 004. Nanga Parbat (8,125 m) : 20 juillet 2005. Broad Peak (8,047 m) : 12 juillet 2007. Dhaulagiri (8,167 m) : 1er mai 2008. Manaslu (8,156 m) : 5 octobre 2008. Kangchenjunga (8,586 m) : 18 mai 2009. Annapurna (8,091 m) : 17 avril 2010. Shisha Pangma (8,027 m) : 17 mai 2010.

inprimatu