RSS

Pays Basque découverte Lejpb-rekin batera

Ostegunero
Ljpb-rekin

Hasiera > Paperezkoa > Pays Basque

Pays Basque

Manifestations interdites aux arènes de Bayonne

p006_01_31992.jpg

04/09/2009

Machja NICCI

«Considérant que toute manifestation organisée dans le périmètre des arènes serait susceptible de créer des troubles à l'ordre public et à la sécurité des biens et des personnes», les rassemblements «à caractère social ou politique» y seront proscrits samedi et dimanche prochain.

Par cet arrêté signé le 31 août dernier, Jean Grenet interdit indirectement la manifestation anti-corrida qui se tient depuis deux ans à la même période aux Arènes de Bayonne. «Si, effectivement, les choses avaient mal tourné les années précédentes, je pourrais comprendre», réagit Jean-Claude Laborde, le Président de l'association Flac-Aquitania. Or, comme il «n'y a eu aucun incident», il considère cet arrêté comme «un abus d'autorité et un déni de démocratie».

Pour lui, une des hypothèses expliquant cet arrêté «illégal» relèverait de l'amour-propre du maire de Bayonne. Il se réfère au campus des jeunes de l'UMP, organisé à Seignosse du 4 au 6 septembre. «Il ne serait pas étonnant que les grandes pointures de l'UMP soient conviées aux corridas. (...) Jean Grenet n'a peut-être pas envie de se voir conspuer devant ses amis».

Solution de rempli ?

«Si les délais n'étaient pas si courts, nous déposerions un référé administratif. Mais on ne nous en a pas laissé le temps», explique Jean-Claude Laborde.

Il aurait prévenu la mairie de la manifestation vendredi. L'arrêté a été publié lundi. Il vient seulement d'en prendre connaissance. Mais «personne ne m'a encore contacté officiellement pour m'en informer» précise-t-il.

Il pense que «les arènes ne sont pas un but en soi», qu'il peut aussi bien manifester en ville pour «dénoncer la barbarie» des corridas et le «gouffre financier qu'elles représentent pour les administrés».

Le problème est que le rendez-vous est au Forum et que le chemin le plus direct pour rejoindre le centre passe par le quartier des arènes. «Si tout est bloqué, comment allons-nous faire ? J'en appelle au Préfet et au Sous-Préfet pour nous laisser au moins un accès à l'avenue de la Légion Tchèque. On pourra se passer des arènes, mais pas de la manifestation».

inprimatu