RSS

Pays Basque découverte Lejpb-rekin batera

Ostegunero
Ljpb-rekin

Hasiera > Paperezkoa > Pays Basque

Pays Basque

Disparition de Pertur : Le juge Andreu continue l'enquête et l'audition des témoins

p004_01.jpg

06/06/2009

Béatrice MOLLE

La semaine dernière le juge Fernando Andreu de l'Audience Nationale espagnole, s'est rendu à Venise afin d' interroger Luigi Concutelli qui se trouve en liberté conditionnelle, à cause de son état de santé.

Luigi Conticelli aurait raconté à Angel Izzo, autre néo- fasciste italien, que dans les années 70, il participa à un enlèvement d'un dirigeant d' ETA. Le même juge Andreu s'était rendu à Rome il y a quelques mois pour interroger Angel Izzo et c'est ce dernier qui lui rapporta les propos de Luigi Conticelli.

En l'occurrence les dates et la manière d'opérer, présentaient de fortes similitudes avec l'enlèvement d'Eduardo Moreno Bergaretxe «Pertur», disparu le 23 juillet 1976. Il est fait état, selon les dires d'Angel Izzo, «d'une ferme près de Barcelone baptisée L'usine», dans laquelle aurait été séquestré un membre d' ETA qui fut torturé, puis que l'on fit disparaître».

Luigi Contucelli a déclaré devant le juge n'être au courant de rien, et ne pas se rappeler avoir raconté à quelqu'un une telle histoire. Pour l'avocat des proches de Pertur, Martin Auzmendi, que nous avons joint par téléphone, «cela ne signifie en aucun cas, que la piste des néo-fascistes italiens ne soit pas la bonne. Luigi Contucelli est dans un état de santé déplorable et cela semble assez logique qu'il ne raconte rien. Il est très perturbé physiquement et psychiquement. Cette absence de témoignage n'est en aucun cas une raison d'abandon de cette piste de la part du juge Andreu».

Audition de P. Mujika GarmendiaPour Martin Auzmendi, «le juge Andreu poursuit son enquête en se concentrant sur deux pistes, celle des néo- fascistes italiens aidés par les services secrets espagnols et celle de la propre organisation». Selon des sources judiciaires, il y aura d'autres comparutions prochainement de témoins, comme celle de Francisco Mujica Garmendia (Pakito) ancien dirigeant d'ETA, mais à l'époque des faits membre des commandos spéciaux d'ETA politico-militaire. Il est emprisonné depuis plusieurs années dans l'Etat espagnol. En 2007, un film documentaire ramena l'affaire sous les feux de l'actualité : «L'année de tous les démons» (Deabru guztien urtea), réalisé par Angel Amigo, Le documentaire alimentait l'hypothèse de la piste des fascistes italiens.

C'est d'ailleurs autour de ce film, qu'un groupe de travail composé d'amis de Pertur se mettra en place pour travailler cette piste. Dans le documentaire en question, le membre historique d'ETA Eugenio Etxebeste  «Antton», accuse les services secrets espagnols, d'être responsables de cette disparition.

Une action à double effet selon lui : Pertur était un dirigeant de poids dans ETA politico-militaire, d'autre part sa disparition engendrerait des divergences profondes, au sein de l'organisation.

D'autres ex-militants d'ETA ont été entendus par le Juge Andreu en novembre 2008 : J J Gurrutxaga, Simon Loyola Albizu, E.Jauregi Beloki et Lurdes Auzmendi qui fut la compagne de Pertur.

«Cela fera 33 ans le prochain 23 juillet, que Pertur a disparu. Nous aimerions savoir dans quel endroit il se trouve. Il est incroyable, que même de façon anonyme, personne ne se manifeste et ne donne cette information, tant d'années après» conclut Martin Auzmendi.

inprimatu