RSS

Pays Basque découverte Lejpb-rekin batera

Ostegunero
Ljpb-rekin

Index > Edition papier > L'opinion

L'opinion - Tribune Libre

L'Europe, auzolan social

02/06/2009

José Mª Muñoa / Président de Eusko Ikaskuntza Société d'Études Basques, «Civi Europaeo Praemium" Prix Citoyen Européen 2008

L'anthropologue français Marc Augé évoque le concept de non-lieu pour décrire les espaces nécessaires au fonctionnement de la vie sociale, qui constituent une partie substantielle de notre paysage quotidien mais se limitent à créer de faibles liens émotionnels ou symboliques : les bureaux publics, les hypermarchés, les hôtels, les moyens de transport, les aéroports... «Le non-lieu est par conséquent tout le contraire d'un logement, d'une résidence, d'un lieu au sens commun du terme», résumait Augé. Il est très probable que dans l'imaginaire d'une partie non négligeable de la population l'Union Européenne soit vue comme un non-lieu de la politique : une instance peut-être indispensable mais intransitive, qui peut être matériellement utile mais avec laquelle nous nous identifions d'une manière plus rationnelle qu'émotionnelle, exactement à l'inverse de ce qui se passe dans notre village ou communauté la plus immédiate. C'est pourquoi lorsque nous sommes appelés à participer au grand auzolan pour construire ce non-lieu, l'enthousiasme est généralement très discret. Mon objet ici n'est pas de montrer du doigt les causes de cette situation, et encore moins de désigner des responsables.

Il me semble beaucoup plus constructif de nous interroger sur le sens profond de cette grande communauté de villages et de nations à laquelle nous appartenons, sur la manière dont elle peut nous aider à contribuer au progrès vers un monde de plus en plus juste, plus solidaire et durablement plus prospère, où nous pourrons tous trouver notre place à notre goût. L'Europe a été définie comme le «continent de l'esprit», ou, si vous préférez, comme un «continent de valeurs».

Les deux termes désignent un espace de vie en commun dont la caractéristique principale est sa vocation à envisager l'éthique objectivement sous forme de principes et de droits. N'oublions pas que c'est le fondement de la Déclaration des Droits de l'Homme, de l'humanisme et de la démocratie ; où la tolérance religieuse, la justice sociale, le respect des minorités et l'égalité des chances fondent le libre développement de l'individu. L'Europe constitue avec toutes ses imperfections - un réservoir de valeurs unique, des valeurs qui justifient un idéalisme européen ni utopiste ni abstrait, mais plutôt réel et efficace. Si nous sommes conscients de tout cela, nous pourrons peut-être mieux lutter contre la frustration ou la désillusion face à certains aspects de la réalité de la politique européenne qui ne nous satisfont pas.

En cette époque compliquée notamment il est nécessaire de prendre conscience de la transcendance sociale et éthique de l'Europe pour le présent et l'avenir des générations futures. Parce que l'avenir sera défini dans une grande mesure par la force d'une Europe de plus en plus juste, avec une meilleure cohésion sociale, plus démocratique, culturellement plus riche et reposant sur une entente autour de principes forts ; nous avons besoin aujourd'hui plus que jamais de l'Europe qui se dresse contre les fondamentalismes, les discriminations, l'exploitation, le gaspillage des moyens et la liberté conçue comme une liberté de déprédation. Nous avons pour ce faire besoin d'Institutions fortes, crédibles et efficaces. Et cette Europe ne va pas se construire toute seule, elle sera l'oeuvre de tous ou ne sera pas.

Les basques ne peuvent pas non plus rester au second plan de cette auzolan auquel nous participons depuis son origine. Eusko Ikaskuntza-Société d'Études Basques (EI-SEV) travaille depuis plusieurs années sur les grands défis économiques, sociaux, environnementaux et culturels auxquels ont à faire face les communautés basques, qui coïncident avec les aspirations pour un progrès pur dans le contexte européen. C'est ainsi que EI-SEV s'attache depuis 2003 à approfondir la description concrète de ce qui doit être le Développement Durable en termes d'entreprise, de mobilité, d'enseignement... ; elle encourage des réflexions sur le phénomène migratoire qui transforme des sociétés hier fermées et l'adaptation à la réalité basque actuelle ; sur le multiculturalisme et le multilinguisme ; sur les identités complexes et les sentiments variables d'adhésion à la communauté ; sur la recherche  de dénominateurs communs qui relient notre passé à un projet d'avenir partagé par tous.

Ces efforts trouveront leur aboutissement lors du XVIIe Congrès d'Études Basques autour de l'Innovation pour le Progrès Social Durable, forum international organisé à l'automne prochain. Pour EI-SEV, l'objectif de ce Congrès, comme tout le travail réalisé depuis ses débuts il y a plus de 90 ans, est que Euskal Herria - le Pays basque participe activement à ce projet européen empli d'éthique et de sens. Nous sommes persuadés que notre peuple se nourrit des valeurs humaines qui sont dans la nature essentielle du continent.

Les basques doivent s'engager avec l'extérieur et améliorer la qualité de notre coexistence interne ; nous pourrons ainsi aider l'Europe à ne plus être considérée comme un non-lieu, mais, au contraire, comme un véritable lieu de vie, où chacun d'entre nous pourra se développer dans toute sa puissance. Le 7 juin nous sommes à nouveau convoqués pour continuer à travailler dans cet auzolan particulier.

inprimatu