RSS

Pays Basque découverte Lejpb-rekin batera

Ostegunero
Ljpb-rekin

Portada > Edición impresa > Sujet à la une

Sujet à la une

Le petit verre qui monte

p003_01_baso.jpg

07/05/2009

Sébastien VAÏSSE

Avec l'idée toute simple selon laquelle «un verre consigné est plus écologique qu'un verre jeté», le phénomène baso berri n'a cessé de prendre de l'ampleur depuis son lancement en 2006. 50 000 baso berri ont d'ailleurs été loués à l'occasion du derby basco-rugbystique, Bayonne/Biarritz. Une expérience d'autant plus positive que le public semble avoir joué le jeu avec environ 90 % de retour et donc de verre potentiellement ré-utilisables : «on part sur les mêmes bases pour la venue du stade toulousain et du stade français» précise d'ailleurs Gilles Barnebougle, Président de l'association Alternatiba, à l'origine de cette initiative écolo-festive.

Concrètement, comment ça marche ? Les nostalgiques de la consigne vont retrouver le sourire puisqu'à l'image de la bouteille de vin de grand-papa, l'obtention du baso berri se fait en échange d'un euro que l'on récupère en rendant le verre qui, une fois passé en machine, devient alors ré-utilisable.

Un phénomène qui s'étend

Loin d'être anodin, ce concept, qui vise avant tout à réduire les déchets plastiques produits pendant les Fêtes, Festivals et autres grands rassemblements du Pays Basque (EHZ, Herri Urrats, La Ruée au Jazz, Lurrama), semble donc séduire de plus en plus son petit monde : «C'est une très bonne chose» soulignait un supporter bayonnais fraîchement initié aux joies du baso berri... «et c'est quand plus agréable de marcher sur autre chose qu'un tapis de verres en plastique» poursuivait tout sourire son voisin de tribune. «Le baso berri, c'est aussi environ 50 % de nettoyage en moins, voire 70 % sur certains matchs» précise Gilles Barnebougle.

Un concept ne laisse pas non plus les politiques indifférents. Rappelons peut-être qu'en 2007, la communauté des communes Nive-Adour avait participé à la promotion de «l'action engagée par l'association Alternatiba en présentant au tissu associatif de son territoire le fameux verre réutilisable en plastique dur : baso berri». Bien évidemment, de l'eau a coulé sous les ponts depuis et on retrouve le baso berri aux quatre coins du Pays Basque, comme récemment à l'occasion de Nafarroaren Eguna.

Baso Berri des Fêtes ?

Si en 2008, le baso berri était déjà présent aux fêtes de Bayonne, l'idée de généraliser le phénomène est en cours. Certes, pour l'heure, rien n'est fait mais conforté par le succès des opérations à Jean Dauger, la présence du baso berri aux fêtes de Bayonne a sérieusement pris place dans les rangs de la municipalité : «La commission des fêtes est favorable, le maire n'y est pas du tout opposé. Nous travaillons encore avec l'association Alternatiba mais nous avons bon espoir d'y arriver» explique Martine Bisauta, adjointe au développement durable et à la participation citoyenne.

Quoi qu'il en soit, si tout reste encore à confirmer, il s'agit là d'un gros défi. Difficile en effet d'envisager le concept baso berri à l'échelle des fêtes de Bayonne comme il est possible de le faire pour un match de rugby ou une autre manifestation. La dimension logistique et financière est autre : «on passe dans une catégorie supérieure mais l'initiative n'a d'intérêt que si tout le monde bascule dans le verre continu. Néanmoins, le baso berri aux fêtes de Bayonne, j'espère, je crois, c'est pratiquement certain» conclut Martine Bisauta.

inprimatu