RSS

Pays Basque découverte Lejpb-rekin batera

Ostegunero
Ljpb-rekin

Index > Edition papier > Culture

Culture

Achiary "Everybat, everynon"

Après le festival “Grande Plage” en parallèle du FIPA. Beñat Achiary aura à peine reposé sa voix  puisqu'il sera vendredi  pour l'ouverture de la saison de rencontre improvisée Baten Bila à Ayherre

p020_ph001.jpg

28/01/2009

Jean Sébastien MORA

Pour la septième fois, un peu moins haut, mais plus proche de la mer le Festival «Grande Plage» s'est tenu en même temps que le Festival international de productions audiovisuelles. Organisé par les Artistes et associés, l'association de photographie Galaxie Photo et la nouvelle École Supérieure d'Art des Rocailles, une fois de plus le festival «off shore» du FIPA a offert une programmation riche, novatrice et underground : vidéogrammes conférences, docus, vidéos et deux remarquables ciné-concerts le jeudi et le vendredi dans lesquels Bernard Lubat et Beñat Achiary ont fait à nouveau l'unanimité.

Intense et éphémère

C'est dans cette petite salle collé à la plage et bondé à craquer que Beñat Achiary a séduit un public intergénérationnel et sensible à la création vocale improvisé. Les raisons de ces succès éphémères et intenses : «la capacité de Beñat à fédérer les Hayatollah et les culs pincés» nous explique Sonia étudiante en audio visuelle et fidèle à «Grande Plage». En d'autres termes, à l'image de Bernard Lubat ou de musiciens comme Michel Etxekopar, Achiary respecte et se réapproprie les cultures traditionnelles et populaires tout en étant attiré par la nouveauté et les créations hybrides. Du Mexique au Zimbabwe, Achiary parcourt le monde à la recherche de partages avec des artistes qui comme lui sont passeurs d'une tradition forte tout en étant moteurs pour la culture.

Quoi qu'en disent certains, avec sa sincérité artistique c'est certainement lui qui illustre le mieux une culture basque actuelle et vivante.

Retour au Baten

Petite parenthèse un peu longue pour illustrer le Baten Bila de vendredi, mais nécessaire car il aurait été de «bon de ton» de suivre «Grande Plage» et de rédiger un retour plus détaillé de ces quelques jours de riche programmation, mais il y avait le FIPA et condamnés à l'imperfection, les journalistes sont contraints parfois à des choix cruels et tragiques... Les organisateurs de «Grande Plage» qui souhaite profiter du public venu pour voir de l'image au sens large, prennent un peu le risque de cheminer dans l'ombre de leur grand frère FIPA.

Mais revenons à nos improvisations, vendredi à la salle gaztetxe d'Ayherre, Beñat Achiary, Xabier Erkizia et Gaizka Sarasola seront les premiers invités de 2009 pour la saison de rencontre improvisée Baten Bila organisé par la dynamique Centre Culturel Eihartzea.

Après Achiary, petit coup d'oeil sur Gaizka Sarasola (xirula, ttunttuna, alboka) et Xabier Erkizia (machines, bruits). Il s'agit de deux artistes qui proposent une musique expérimentale à partir des racines du folklore basque. Ils ont sorti deux opus ensembles, dont le dernier, «Ez naiz jeusen jabe» (je ne suis le propriétaire de rien) date de 2007.

Leur rencontre avec Beñat Achiary, qui comme eux se base sur des racines solides pour explorer les chemins de la création contemporaine, devrait s'avérer passionnante.

inprimatu