RSS

Pays Basque découverte Lejpb-rekin batera

Ostegunero
Ljpb-rekin

Index > Edition papier > Pays Basque

Pays Basque

Prud'hommes de Bayonne: la CGT fait une proposition à LAB

p004_ph01.jpg

16/01/2009

Sébastien Vaïsse

On connaît l'impact non négligeable des dernières élections prud'homales sur le paysage syndical du Pays Basque. Le 3 décembre dernier, les urnes renvoyaient la CFDT sur la deuxième marche au profit de la CGT et LAB devenait la troisième force syndicale du Pays Basque après avoir supplanté FO.

On connaît aussi, les rebondissements et autres polémiques qui ont donné suite à ces résultats avec notamment une première réunion intersyndicale organisée par la CGT à Pau, boycottée par la CFDT Pays Basque et à laquelle LAB n'a pas été convié. «Quand nous étions la première organisation syndicale, nous avons toujours fait en sorte que la répartition des sièges se fasse équitablement par rapport aux urnes. Il se trouve que les années passées, LAB a siégé dans des réunions avec les autres partenaires sociaux dont la CFDT pour arriver à un accord sur la répartition. Aujourd'hui la CGT voit les choses différemment et si les autres organisations ne veulent pas de LAB, on ne peut pas parler de respect des urnes et donc il n'y a pas d'accord» explique Michel Larralde, responsable CFDT Pays Basque.

«Polémique stérile» ?

Il y a eu ensuite cette histoire de motion proposée par la CGT pour jeter les bases d'un travail collectif dans l'intérêt du salarié... également rejeté par la CFDT Pays Basque pour les mêmes raisons tout comme l'accord sur le fonctionnement des Conseils de prud'hommes des PA qui fixe «le partage des fonctions de Président et de Vice-Président avec un seuil de représentativité des organisations syndicales de 15 %, comme sur les accords précédents.»

Pourtant, le nouveau Président du Conseil de Bayonne, Rodolphe Carmouse (CGT) élu depuis mardi dernier, signale qu'il s'agit d'une polémique stérile et que la CGT, qui a «travaillé sans problème avec l'élu de LAB lors du mandat précédent» souhaite «faire de même avec tous les nouveaux élus de cette organisation, comme des autres syndicats. Au sein du Conseil, les sigles de toutes nos organisations respectives doivent se modérer au profit de la justice». Aujourd'hui la CGT considère «l'incident clos et travaille à l'unité syndicale, à l'unité des salariés, cela aux prud'hommes comme ailleurs».

Effet de surprise

Une surprise plutôt agréable pour LAB qui n'était visiblement pas au courant de cette proposition de la CGT relative aux répartitions des responsabilités au Conseil de Bayonne et attribuant notamment à LAB la présidence de la section agriculture en 2 011 ainsi que la vice-présidence en section activités diverses... des cases jusque-là restées vides : «l'important c'est que les exécutifs des organisations syndicales comprennent enfin que ce n'est pas dans l'intérêt des salariés de désunir les syndicats. Cela dit, qu'on décide à notre place nous ne sommes toujours pas d'accord.»

Néanmoins, pour Rodolphe Carmouse, il n'y a rien de neuf puisqu'il s'agit d'une proposition qui remonte à l'intersyndicale du 6 janvier dernier, voire même à celle Pau (décembre).

Joint par téléphone hier, Michel Larralde s'est tout de même déclaré surpris de «ce revirement complet de la situation» mais s'étonne cependant de n'avoir toujours rien reçu : «Si c'est vraiment le cas, nous repartons sur de nouvelles bases et la CFDT est prête à recevoir et étudier les nouvelles propositions de la CGT».

On l'aura compris, la situation au Conseil des Prud'hommes de Bayonne est certes complexe mais n'a rien à voir avec les accointances syndicales extérieures. Alors revirement de situation ou véritable incompréhension généralisée ? La question reste entière...

RODOLPHE CARMOUSE

Président CGT Conseil de Bayonne

«Les sigles des organisations respectives doivent se modérer»

MICHEL LAMARQUE

Responsable CFDT Pays Basque

«La CFDT est prête à étudier les nouvelles propositions de la CGT»

inprimatu