RSS

Pays Basque découverte Lejpb-rekin batera

Ostegunero
Ljpb-rekin

Index > Edition papier > Pays Basque

Pays Basque

"Pourtant, le Hamas a été élu démocratiquement ! "

p004_01.jpg

06/01/2009

ENTRETIEN/ Raphaël DOMINGUEZ / Militant du Mouvement pour la Justice en Palestine

Samedi dernier et hier soir, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées devant l'hôtel de ville de Bayonne pour marquer leur solidarité avec le peuple palestinien face à l'offensive militaire israélienne en marche depuis le 27 décembre. À l'initiative du Mouvement pour la Justice en Palestine (MPJ), ce rassemblement de soutien a également été suivi par LAB, le PC, le PS, Solidaires... Rencontre avec un militant du MJP Pays Basque, Raphaël Dominguez.

Quelle est votre analyse de la situation ?

Tout d'abord, nous sommes face à un phénomène de grande ampleur puisque l'offensive lancée le 27 décembre dernier a déjà fait près de 600 morts et je pense qu'aujourd'hui on veut faire payer la résistance palestinienne active sur la bande de Gaza. Pourtant, le Hamas a été élu démocratiquement, je le rappelle car ce sont les États-Unis, l'Europe et Israël qui ont appelé à la démocratie dans cette région. D'ailleurs, la majorité des chrétiens ont voté Hamas et on s'est rendu compte que ce n'était pas un vote religieux mais un vote sur un projet, en l'occurrence un projet sur les bases de 1948, c'est-à-dire sur un retour aux frontières d'avant la captation israélienne. C'est intéressant car les gens ont vraiment voté pour un projet politique, sans doute parce qu'ils se sont rendu compte qu'au fil des décennies il y a eu beaucoup de concessions sans rien de nouveau en retour : la colonisation a continué, les assassinats ont continué, l'occupation a continué... aujourd'hui le mur. Il y a toute un processus qui est en place et à terme c'est l'expulsion définitive du peuple palestinien de son territoire qui est visé.

Qu'entendez-vous par processus ?

Je pense que c'est le projet de départ de 1948 qui se perpétue aujourd'hui. Aussi, je reste convaincu que les gens vont essayer de quitter Gaza parce que vivre sous les bombardements ça n'est pas évident et le projet israélien est là. Le problème c'est que Gaza est une région pauvre, alors ceux qui peuvent partiront mais la grande majorité ne pourra pas. Rappelons que Gaza c'est un territoire de 20 kilomètres de large pour 40 de long sur lequel s'entassent 1,5 million de personnes enfermées puisqu'elles ne peuvent pas sortir et entrer comme elles veulent. J'ai entendu que la bande de Gaza était désormais découpée en trois zones, or il se trouve que ça a déjà été le cas pendant des décennies. Maintenant, je ne vois pas bien les perspectives israéliennes, peut-être veulent-ils ré-occuper Gaza ? Parce que s'ils rentrent comme ça, qu'ils massacrent les gens et qu'ils s'en vont, ça risque d'être vécu comme une défaite à l'image du Liban.

Quels étaient les mots d'ordre des manifestations de samedi dernier et d'hier ?

D'une part, de soutenir la résistance du peuple palestinien quelle qu'elle soit car c'est un peuple qui résiste et qui reste debout depuis 60 ans. D'autre part, il faut demander le retrait immédiat de l'armée israélienne de tous les territoires mais également un soutien aux revendications que portent les Palestiniens depuis 60 ans : le retour des cinq millions de réfugiés ainsi qu'un État palestinien «viable» avec comme capitale Jérusalem.

Sébastien Vaïsse

inprimatu