RSS

Pays Basque découverte Lejpb-rekin batera

Ostegunero
Ljpb-rekin

Hasiera > Paperezkoa > Culture

Culture

Mort du chanteur Mixu : Un personnage de la scène basque disparaît

Mixu l’artiste s’est éteint vendredi soir à la suite d’un malaise cardiaque au Stade Jean Dauger. Voix attachante et très populaire au Pays Basque, le chanteur avait ouvert la rencontre du match Bayonne-Castres avec le remake en rap de Walk this way de Run Dmc et Aerosmith

p008_ph002.jpg

06/01/2009

Jean Sébastien Mora

Les secours n'ont rien pu faire face à l'infarctus qui l'a foudroyé : Mixu s'est éteint. À l'image de beaucoup d'artistes, le «véritable extrémiste de la bringue» comme il aimait à se définir, a préféré mourir que de ne pas vivre, troquer 100 ans d'ennuis contre 39 ans de vie. «Une vie à 100 à l'heure» comme l'explique son acolyte de toujours Xabaltx. «Toujours en mouvement, il était comme ça mon Mixu avec ses phrases couperets genre«Faut faire des disques tant qu'on est vivants !» et le «ça va Mixu ?» qui donné comme réponse «Champion du monde !».

De son vrai nom Patrick Michelena, il avait commencé la scène à 16 ans mais c'est le groupe de rock basque Sustraia qui l'avait fait connaître. Ces dernières années depuis la formation de Sustraia et son premier concert à Hélette, Mixu était le seul de la formation d'origine et le porte-drapeau du groupe. Il était célèbre pour son énergie incroyable, ses sauts titanesques et sa joie de vivre.

Résolument rock dans sa musique et dans sa tête, il venait de sortir un premier album solo à contre-courant. Il était également membre à l'origine du trio MMX avec Xabaltx et Maialen Errotabehere.

La dernière scène de Mixu aura été le stade qu'il affectionnait tant. Ironie du sort, c'est sur scène que la mort l'avait frôlé il y a un an et demi. Devant 3 000 personnes à Brassac dans le Tarn et Garonne, Mixu avait déjà fait un premier infarctus. Une mise en garde qui n'avait pas arrêté son envie de vivre et sa philosophie épicurienne.

Depuis l'annonce de sa mort de Mixu, les messages affluent sur son site internet myspace. Le caractère intimiste de son album solo avait ouvert l'artiste à un autre public, sensible à ses confidences et à sa vision artistique.

Beaucoup d'émotion et de tristesse aussi ces derniers jours après l'annonce du décès de Mixu. Les gens se souviennent «d'un bon gars», vraiment «sympa et sincère».

Après avoir été incinéré, ses obsèques fermées à la presse se tiendront vendredi matin à 10h à Urrugne.

D'abord batteur

Mixu commençant sa carrière musicale avec le groupe Ipar Haizea avec Pantxoa Bergara «Xabaltx» alors qu'il n'avait que 16 ans. «Je cherchais un batteur pour mon groupe I Punkak par Haize lorsque j'ai rencontré ce grand poupon totalement déjanté» explique Xabaltx. Les deux acolytes joueront ensemble plus de deux ans et donneront alors plus de 80 concerts. Ce sont les débuts de la génération rock Iparralde avec des groupes tels que Zein Ere, Txakun, Ix, Beltzez, Uharteko. Le plus drôle à cette époque-là est que Mixu refuse totalement de chanter ou de faire les choeurs tellement «il est timide et se cache derrière sa batterie» confient ses proches.

C'est ensuite au sein d'Izan qu'il débute en tant que chanteur.

Révélé par Sustraia

Mais c'est avec Sustraia (racine en basque) qu'il devient célèbre et fera danser, s'accroupir et sauter toute une génération. Alors formé de Jean-Marc Beheretche, Philippe Garat, Pantxoa Malmy, Benat Zozaya et Mixu Mixelena, le groupe avait donné son premier concert à Hélette le 31 décembre 1992 et il écumera tous les bals du Pays Basque de 1992 à 1996.

En 1994, le groupe enregistre son premier album (Segi Segi). Petit à petit, il incorpore à son répertoire de bal ses propres compositions et cela fonctionne plutôt bien, grâce en particulier à leur tube Muztafa. La réputation du groupe se faisant grandissante, il commence à s'exporter hors du Pays Basque.

Trois nouveaux musiciens font leur apparition dans Sustraia, Christian Barbe, Kandi Fernandez et Jaye Proctor. La nouvelle formation débute par une tournée en Italie, où elle enregistre avec le groupe Lou Dalfin un Live à l'occasion du premier salon de la musique de Turin.

Durant l'année 1997, Sustraia s'affère à sa diffusion dans toute la France pour aboutir en 1998 à enregistrer son propre Live.

C'est en 1999 avec une tournée de dix dates à guichet fermé avec le groupe Ska-P que Sustraia obtiendra ses lettres de noblesses et sa réputation de groupe de scène.

Une deuxième tournée les amènera à se produire dans une salle parisienne fameuse : La Cigale. 2 000 est l'année du quatrième album du groupe, Bi Mila, enregistré au studio le Chalet près de Bordeaux.

Après des déboires avec leur maison de disque (MSI), une longue période de doutes et de non-créativité aboutit à l'arrêt de deux membres du groupe, J-Marc et Jaye. Mixu Mixelena est désormais le seul rescapé du groupe initial.

Enfin, en 2004, le groupe sort de quatre années de silence discographique en éditant son cinquième album intitulé Ze Bizia (quelle vie). 2 004 marque aussi la venue de quatre nouveaux musiciens : Jimmy Arrabit à la batterie, Sam Balerdi au clavier, Franck Aziza à la guitare et Haitz Goni à la basse. Dans ce groupe reformé, Mixu est «super investi, un meneur qui vit pour la passion de la musique» explique Sam Balerdi «humainement je l'aimais beaucoup».

Ainsi Sustraia retrouve désormais une homogénéité et une stabilité qui lui manquaient. Poussés par un nouvel élan, les musiciens enchaînent les concerts et se produisent pour la première fois au printemps de Bourges. Les concerts étant au rendez-vous, la créativité revient, et un an et demi à peine après leur dernier album, Sustraia sort son sixième CD, Beti Bidean (toujours sur la route), titre révélateur du tonus retrouvé du groupe.

2 007 est une année forte pour Sustraia. Toujours emmenés par Mixu, les compères multiplient les projets, et c'est en août que sort le single «Vino Griego», une reprise de l'hymne de la Peña Baiona (hymne des supporters de l'Aviron bayonnais). Ce morceau phare des férias et autres rencontres festives devient un des premiers du genre à obtenir sa version ska/rock. Les arrangements sont signés Sam Balerdi (clavier de Sustraia), tandis que Mixu chante d'une voix puissante. Le succès est au rendez-vous, et le tube commence à devenir un des cartons rock du Sud avec de nombreux passages en radio. Pascale Lagorce et son équipe de «Rugby et Compagnie» sur Sud Radio ont le coup de coeur, et c'est ainsi que la chanson devient largement diffusée durant la Coupe du monde de rugby à XV 2 007. Le Duo des Non, fameux comiques et animateurs issus de la même radio, participe allègrement à la reconnaissance de Sustraia à travers quelques invitations du chanteur dans leur émission.

Mixu bakarrik

En 2008, Mixu lance un disque éponyme : «Par envie, envie de poser des mots sur des pages encore blanches, de dévoiler des sentiments» comme il l'expliquait à ses proches. Cette image de chanteur «lalala, hoyéyé etc.» commençait «un peu à le gonfler» et il avait d'autres choses à dire, plus profondes et sincères. Jamais juge, toujours «fin observateur, homme en souffrance, déchiré dès l'enfance et qui avait créé un grand clown en guise d'imperméable» comme l'expliquent ses proches.

MMX

Et c'est son ami de toujours, Xabaltx qui le rejoint à nouveau. Ils se lancent dans l'aventure du trio MMX, aux côtés de Maialen qui les avaient amenés jusqu'en Argentine. Leur reprise du célèbre «Hegoa» en enchanta plus d'un. Mixu devait se reproduire prochainement avec le groupe à la Luna Negra à Bayonne.

Un dernier hommage de Xabaltx

Ma rencontre avec Mixu se fait vers l'âge de 17 ans aux fêtes de Bidarray autour d'une grosse bringue. Je cherchais un batteur pour mon groupe Ipar Haize. Le plus drôle à ce moment-là est que Mixu refuse totalement de chanter ou de faire les choeurs tellement il est timide et se cache derrière sa batterie.

C'est ensuite au sein d'Izan qu'il effectuera ses premiers pas en tant que chanteur/batteur et c'est là que naît «la bête de scène» encore en plein rodage mais au potentiel énorme.

C'est Sustraia qui révélera le «Plaza Gizon», Mixu à la tête de cette déferlante qui fera danser, s'accroupir et sauter toute une génération. Et pour moi c'est aussi à partir de là que le phénomène Mixu explose dans toute sa splendeur dans tout Iparralde et Hegoalde : Mixu, toujours le dernier à quitter la fête après des tombereaux avalés, à qui mieux mieux. Il n'hésite pas à payer de sa personne durant ces années de défis de bringues et il n'est pas nécessaire à mon sens de revenir sur le «casseur d'estrade».

Un jour, il me confiera qu'il a d'autres choses à dire, plus profondes, sincères, des révoltes enfouies et des souffrances à cracher. J'ai toujours connu ce Mixu-là et nos têtes à têtes reflétaient bien ces maux et ces souffrances qu'il lui faudrait un jour mettre en lumière. Et le voilà plume et micro à la main préparant son disque solo, intimiste, baigné de tendresse, d'amour et de règlements de comptes.

Il m'avait invité à partager ce travail avec lui autour de la réécriture et la traduction de certains textes. Nous deux en face à face, je lève la tête et mes yeux sont rougis après la lecture d'un texte qui m'a retourné le coeur par sa justesse, sa force et sa véracité. Gros frissons et grosse émotion également lors de la présentation de son travail lorsqu'en plein concert il me dit «Xabaltx maite zaitut !». C'est ce Mixu qui construisait aujourd'hui ce chemin d'artiste écorché vif dans des tempos suaves et langoureux.

Mixu la tornade, toujours avec 4/5 projets en tête qui se démènera comme un beau diable avec Maialen pour nous emmener il y a quelques mois en Argentine, préparant son prochain disque solo, un autre Sustraia et les 15 ans et un clip et la pelote, et le rugby. Il était comme ça mon Mixu avec ses phrases couperets genre «Bahhh... ça, c'est rien du tout, tant qu'on n'a pas le cancer des testicules !», «Quand les gros seront maigres, les maigres seront morts !»,

Et à cette heure, c'est à Ximun et Xan, ses deux petits trésors de bonhommes que je pense très fort car leur papa poule, leur aita calinou, le papa fier de ses petits pilotari et rugbymans qui s'en est allé et j'en ai le bide retourné.

Voilà Mixu, tu nous as fait une belle pirouette/ cacahuète là ! et tous ceux qui te connaissent seront sûrs que si on t'avait demandé comment tu aurais souhaité partir tu aurais répondu :

«Bahh, moi à Jean Dauger après avoir chanté devant 15 000 personnes... champion du monde !!!». Ez adiorik Mixu eta nik ere «MAITE ZAITUT !!!»

inprimatu